The Spectacular Now

Article écrit par

Nouveau film de passage à l´âge adulte, sans brio mais avec délicatesse.

C’est par un matin de gueule de bois que Sutter rencontre Aimee, alors qu’il s’est évanoui sur la pelouse d’une maison. Il a bu plus que de raison après avoir été plaqué par Cassidy, elle lui demande si tout va bien, l’aide à se relever. Ils vont dans le même lycée, elle connaît son prénom mais lui ne se souvient pas d’elle ; elle va l’aider avec ses devoirs de maths, c’est l’occasion de se revoir. Aimee et Sutter sont peut-être amoureux, ils aiment en tout cas passer du temps ensemble. Elle n’a “pas vraiment d’histoire”, il est le roi des soirées, boit comme un trou, tout le temps, à même le goulot de la flasque qu’il trimballe partout. Rien de bien neuf dans The Spectacular Now, qui a la malchance d’arriver au moment où le genre du coming-of-age movie commence sérieusement à lasser. Et le troisième film de James Ponsoldt, après Off The Black (2006, inédit en France) et Smashed (2012, sorti en direct to DVD en début d’année dernière) peine, par ses thèmes rabattus, à s’élever beaucoup plus haut qu’un Monde de Charlie (2013) ou même que le déjà mineur Arcadia, dans les salles depuis la semaine dernière.

Parents divorcés ou morts, mères courages versus pères démissionnaires, exaltation des sentiments à un âge compliqué (“on ne sera plus jamais aussi jeunes qu’à cet instant précis”, dit Sutter à Aimee), les enjeux sont un peu trop programmatiques pour pouvoir s’y intéresser tout à fait. Le pitch – écrit par les scénaristes de l’atroce (500) jours ensemble (2009) – évite pourtant la catastrophe en donnant le temps à ses deux personnages : si Aimee et Sutter sont placés dans des situations aussi rabâchées qu’anodines (un bal de fin d’année, une première fois, un dîner de famille), le film leur laisse l’occasion de se dessiner, sans les juger. Ainsi, The Spectacular Now observe son couple central sans le brusquer, l’occasion pour les deux acteurs de déployer une palette d’émotions plutôt étendue pour le genre. Aimee et Sutter ne sont jamais caricaturaux, mieux, on croit à la manière dont ils évoluent, ni timorée ni particulièrement hardie, mais en suspens dans cette période trouble de l’adolescence.

L’argument principal (en gros, “la vie c’est l’instant, rien ne compte d’autre, ni l’avant ni l’après”) épuise, The Spectacular Now parvient cependant à charmer à plusieurs reprises grâce à une photo soignée (belles lumières d’automne, cadres à hauteur de l’ennui des petites villes de Géorgie) et à ses interprètes, proprement excellents. Shailene Woodley (la fille de George Clooney dans The Descendants, 2012) et Miles Teller (l’assassin par accident du fils de Nicole Kidman dans Rabbit Hole, 2011) jouent leur partition avec un naturel assez déconcertant. Ils ont reçu, pour leur prestation, le prix spécial du Jury au dernier festival de Sundance : ce n’est que justice pour la facilité avec laquelle ils s’emparent d’une période qu’ils ont connue récemment pour nous faire croire que pour eux, et malgré un final convenu, la vie débute maintenant.

Titre original : The Spectacular Now

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).