Select Page

Terraferma

Article écrit par

Marées noires sur les côtes italiennes.

Après avoir joliment traité du thème de l’émigration italienne dans Golden Door, Emanuele Crialese renoue avec celui de la diaspora. Et il renoue également avec les plages sauvages de Respiro… et avec toutes ses bonnes vieilles habitudes. La marque de fabrique est repérable à vingt bornes, des cadrages immersifs parfaitement calculés aux détails sensualistes nous impliquant physiquement dans le décor. On plonge, en apnée, on a chaud, le soleil tape, on respire, des cailloux, on chute, on se roule dans le sable. Peu de cinéastes s’adressent autant au corps animal de ses spectateurs. Ce n’est donc pas un hasard si l’on retrouve encore une fois son rouquin fétiche, Filippo Pucillo (alias Filippo), toujours aussi efficace dans son rôle de candide primitif.

Au sein d’une trame narrative synthétique et ténue, les autres acteurs sont eux aussi exploités comme des figures : les touristes, le fils branleur, la mère courage qui étouffe au village, et surtout le grand-père michelangelesque, Ernesto. C’est sans compter la vierge à l’enfant noir qui vient bouleverser leur existence… Comme dans ses précédents films, Crialese se plaît à abstraire ses personnages de la réalité, à sculpter des icônes à leurs effigies, offrant quelques images sublimes, notamment celle d’un Vulcain dans sa forge, alors qu’Ernesto répare l’hélice de son bateau. Le registre est clairement celui de la fable. Et c’est justement le problème de ce troisième film : Crialese doit adapter le schématisme naïf qui a fait son succès à un sujet brûlant d’actualité.

Sur les côtes italiennes depuis quelques années, les marins ne pêchent plus le poisson mais ramassent à la pelle les cadavres des immigrants échoués sur le rivage. Le Code pénal se heurte alors à la loi des pêcheurs : « c’est vrai que c’est interdit de sauver des gens en mer ? ». Oui, c’est vrai. Tout citoyen apercevant un radeau de réfugiés se doit de prévenir les autorités, qui envoient sur le champ un bateau afin de ramener tous ces braves gens à bon port, chez eux, là où ils ne gênent personne, et surtout pas les nordistes venus prendre des vacances bien méritées dans les îles du Sud. Suivant la ligne du conte pour enfant, évitant évidemment les contraintes œuvrant à la création d’un film de bon goût, Crialese cherche par tous les moyens à nous apostropher, à nous émerveiller tout en nous révoltant – une ambivalence difficile à gérer tant les deux émotions se repoussent –, et tombe inévitablement dans le mélo lyrique ou le pittoresque.
 
 

Grand Prix Spécial du Jury à la 68e Mostra de Venise, Terraferma s’avère être néanmoins plus fin qu’il n’en a l’air. À bien observer le débarquement des touristes sur l’île, cette foule qui se déverse littéralement sur nous, on comprend mieux le fil souterrain du film, qui n’est pas tant le problème de l’immigration que celui de l’Italie de Berlusconi ; ses policiers à l’uniforme caca d’oie masqués pour aller récupérer les immigrants comme s’il s’agissait de récolter des ordures, ou ses invasions estivales de beaufs dans les régions les plus désoeuvrées et marginales de l’Italie. Au final, le faux simplet Filippo ne parle pas mieux sa langue natale que l’Africaine fraîchement débarquée. L’acculturation nous guette, mais la menace ne vient sûrement pas de dehors. La passivité docile et la vulgarité sont les deux mamelles d’une société occidentale déconnectée des contingences terrestres et a fortiori de l’humanisme. Le filet qui vient piéger notre regard au tout début du film prend ainsi tout son sens : il est encore temps de s’en dégager et d’attaquer les vrais barbares. 

Titre original : Terraferma

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La période mexicaine de Luis Bunuel, cinéaste expatrié, contient en germe les obsessions qui irriguent l’intégralité de ses films. L’occasion de réévaluer la vie criminelle d’archibald de la Cruz à l’aune de sa restauration. Tragi-comédie triviale de la frustration à mi-chemin entre cruauté primitive et urbanité patricienne, l’œuvre, mésestimée, procure un frisson d’horreur mêlé de volupté coupable. En version restaurée…

Tranchées

Tranchées

Jeune documentariste et reporter international, Loup Bureau s’est immergé dans les tranchées de la guerre du Donbass, en 2020…
Il en ressort un documentaire remarquable sur une guerre qui nous renvoie 100 ans en arrière.