Select Page

Target

Article écrit par

Une comédie romantique d´action qui ne révolutionne pas le genre, mais qui remplit parfaitement son contrat : divertir et faire passer un bon moment.

Les amateurs de comédie d’action connaissent bien McG ! Et pour cause, il est notamment l’auteur des deux volets de Charlie et ses drôles de dames où Lucy Liu, Cameron Diaz et Drew Barrymore plus sexy que jamais combattent les méchants en combinaisons moulantes sur fond de musique électronique et de gag potaches. Bref, le divertissement assuré et surtout assumé. Si les fans de McG lui ont reproché de s’être un peu perdu dans la réalisation de Terminator Salvation, ils ne seront, en revanche, pas déçus de son dernier film, Target (This Means War en anglais), où il renoue avec ses premiers amours : une comédie romantique d’action qui est loin, très loin, de se prendre au sérieux.

Le scénario du triangle amoureux de Target ne développe rien de très ingénieux, mais il est assez efficace pour être convaincant et pour résoudre le problème majeur que rencontre le réalisateur : comment faire co-exister dans le même film l’action et le romantisme ? Et de ce fait, Target a du mal à démarrer. La première scène est typique d’un démarrage classique de film d’espion, alors que justement, nous ne sommes pas dans cette catégorie de film. Mais, elle permet de présenter les deux personnages FDR (Chris Pine) et Tuck (Tom Hardy), partenaires au sein de la CIA et copains comme cochons. A ce duo de choc s’ajoute la « cible », Lauren (Reese Witherspoon) dont ils vont tous les deux tomber sous le charme. C’est une fois que la rencontre entre les trois se produit que le film démarre réellement. McG déploie alors toute son ingéniosité et sa malice pour filmer la guéguerre entre les partenaires qui deviennent alors rivaux. Dans Target, tous les (mauvais) coups sont permis pour empêcher l’autre d’arriver à ses fins, ce qui donne des scènes efficaces et parfois très drôles (notamment la séquence du paintball qui est de loin la plus réussie) mais rarement originales, à l’exception de l’étonnante scène du trapèze. Certes, Target ne fait quasiment qu’enfoncer des portes à moitié ouvertes, mais le rythme ne laisse pas de place aux temps morts et les scènes d’action et de dialogues s’enchaînent rapidement pour plonger toujours plus le film dans du grand n’importe quoi ! Et c’est là finalement que réside tout le plaisir du spectateur.

Reste que la grande réussite de ce film repose également sur le trio d’acteurs qui fonctionne à merveille. Mis à part leur physique plutôt agréable, Chris Pine et Tom Hardy (peu habitué à ce genre de film) prennent plaisir à jouer ensemble et cela se sent : l’alchimie entre charisme et testostérone attitude fonctionne et donne un peu de relief à ce film. Reese Witherspoon incarne la carte féminine sexy de Target. Elle démontre encore une fois son potentiel comique et sert les gags tout en légèreté.

Restons honnête, Target n’est pas un grand film et ne révolutionne pas le genre de la comédie romantique d’action d’autant que la fin, trop américanisée, vient gâcher l’étincelle de folie que développait le cœur du film. Mais, il remplit complètement sa mission : divertir et faire passer un bon moment. C’est sans aucun doute un film que sauront apprécier les amateurs du genre, les autres s’abstiendront de toutes façons !

Titre original : This Means War

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…