Salt

Article écrit par

Le charisme d’Angelina Jolie peine à maintenir l´intérêt pour cet actioner interchangeable…

Au départ de ce Salt, il y a une idée formidable. Durant la Guerre Froide, les Russes auraient formé des agents d’élite depuis l’enfance destinés à substituer l’identité d’américains pour des opérations fomentées des décennies à l’avance. Un pitch au potentiel incroyable dont Philip Noyce ne parvient à tirer rien d’autre qu’un énième film d’action à base de courses poursuites et aux enjeux d’un autre âge, avec le retour du bon vieil antagonisme russo-américain… Il ne fallait pas en attendre bien plus de Noyce, honnête faiseur dont la seule réussite notable, Calme Blanc, est due au « coup de main » de son prestigieux producteur George Miller. Quant au scénariste de la chose, Kurt Wimmer, passé le plaisir de faire se battre ses héroïnes sexy, il n’a jamais fait montre d’une grande inventivité, comme le démontrent ses propres réalisations (Equilibrium – sous Matrix vaguement distrayant – ou le très comic book – et surtout très raté – Ultraviolet).

Angelina Jolie est l’unique atout du film. Formidable en néo Mata Hari, elle passe de la blonde sophistiquée à la vamp aux cheveux noirs de jais, puis à la garçonne coupée court et en débardeur lors du finale. Ses multiples revirements et sa sincérité confèrent un semblant de surprise au script balisé, cette dernière faisant subtilement pointer son émotion sous ses allures froides, étant en tout point en adéquation avec son personnage habitué à dissimuler ses pensées. Entre de bonnes mains, Salt semblait avoir le potentiel pour égaler le formidable Au revoir à jamais, où Geena Davis délivrait une prestation rock’n’roll et à fleur de peau en barbouze amnésique. Philip Noyce se contente malheureusement d’aligner les séquences d’actions molles et déjà vues ailleurs en mieux, trouvant même le moyen d’être prévisible dans son casting (Liev Schreiber en traître pour la énième fois…). Ni pire ni meilleur que d’autres grosses machines sorties cet été, un produit de série qui s’oublie aussitôt les lumières allumées.

Titre original : Salt

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 101 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.