Select Page

Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil : le « je » à l’honneur

Article écrit par

Docu et autofiction au cinéma Méliès de Montreuil du 4 au 12 octobre.

Depuis plus de 20 ans, "Périphéries", centre de création cinématographique, s’attache à redonner sa place au genre documentaire, présent au cinéma mais de manière trop minoritaire. Pour la 17e fois, l’association organise Les Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil, qui auront lieu du 4 au 12 octobre au Méliès, salle bien connue des cinéphiles parisiens. Cette nouvelle édition, baptisée "A la première personne", met le “je” à l’honneur au travers d’une dizaine de films sur le mode de l’autobiographie, du journal filmé ou de l’essai, mais aussi d’avant-premières et de master-classes.

On y découvrira notamment les nouvelles œuvres de François Caillat, Pip Chodorov, Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini, mais aussi le travail de la jeune réalisatrice Pauline Horovitz, ainsi que celui d’auteurs déjà reconnus pour leur travail en fiction. Ainsi, on pourra revoir L’Aimée de Depleschin, Omelette de Rémi Lange ou encore Chiri, déjà présenté en avant-première mondiale au dernier Festival de Locarno et ultime opus du cycle que la Japonaise Naomi Kawase a consacré à sa grand-mère.

L’invité d’honneur sera cette année Joseph Morder, à qui l’on doit le très beau J’aimerais partager le printemps avec quelqu’un, entièrement tourné au téléphone portable, et connu pour sa correspondance avec Alain Cavalier. Ailleurs, ce sont encore la projection d’Arirang de Kim Ki-duk ou une Séance pour Chris Marker qui devraient rendre incontournable cette nouvelle édition des Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil.

Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil, du 4 au 12 octobre.
Voir la programmation complète ici.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Mais vous êtes fous

Mais vous êtes fous

Inspiré d’un fait divers, le film reste sobre dans sa description du propos et évite ainsi de tomber dans les clichés en tout genre concernant la drogue. Cependant, à trop vouloir être descriptif, les intentions de la réalisatrice se perdent et l’on reste sur notre faim.

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.