Select Page

Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil : le « je » à l’honneur

Article écrit par

Docu et autofiction au cinéma Méliès de Montreuil du 4 au 12 octobre.

Depuis plus de 20 ans, "Périphéries", centre de création cinématographique, s’attache à redonner sa place au genre documentaire, présent au cinéma mais de manière trop minoritaire. Pour la 17e fois, l’association organise Les Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil, qui auront lieu du 4 au 12 octobre au Méliès, salle bien connue des cinéphiles parisiens. Cette nouvelle édition, baptisée "A la première personne", met le “je” à l’honneur au travers d’une dizaine de films sur le mode de l’autobiographie, du journal filmé ou de l’essai, mais aussi d’avant-premières et de master-classes.

On y découvrira notamment les nouvelles œuvres de François Caillat, Pip Chodorov, Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini, mais aussi le travail de la jeune réalisatrice Pauline Horovitz, ainsi que celui d’auteurs déjà reconnus pour leur travail en fiction. Ainsi, on pourra revoir L’Aimée de Depleschin, Omelette de Rémi Lange ou encore Chiri, déjà présenté en avant-première mondiale au dernier Festival de Locarno et ultime opus du cycle que la Japonaise Naomi Kawase a consacré à sa grand-mère.

L’invité d’honneur sera cette année Joseph Morder, à qui l’on doit le très beau J’aimerais partager le printemps avec quelqu’un, entièrement tourné au téléphone portable, et connu pour sa correspondance avec Alain Cavalier. Ailleurs, ce sont encore la projection d’Arirang de Kim Ki-duk ou une Séance pour Chris Marker qui devraient rendre incontournable cette nouvelle édition des Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil.

Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil, du 4 au 12 octobre.
Voir la programmation complète ici.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.