Select Page

Quand on a 17 ans

Article écrit par

Les corps désirants et brouillons, toujours renouvelés, du cinéma d´André Téchiné.

C’est sur une ouverture lumineuse et précipitée par un travelling qui nous pousse sur un chemin de nature estivale que débute Quand on a 17 ans. Puis, brutalement, un nouveau plan et le décor change, nous faisant passer au bleu d’hiver le plus froid, face à un paysage de montagne austère. Ce brusque changement, passage littéral du chaud au froid, se fait dans un raccord de plan à l’esthétique abrupte et presque maladroite. Sans le savoir encore, cette séquence nous livre les clés sensibles de physicalité malmenée du dernier film d’André Téchiné. Placé sous le sceau d’une jeunesse frissonnante avec son titre rimbaldien, le long métrage capture les soubresauts de désir de deux adolescents, Damien et Tom. Ils sont dans la même classe et « ne s’aiment pas ». Damien, un peu pâle et protégé, vit en ville avec sa mère médecin dans un foyer coloré et douillet pendant que son père, militaire, est absent. Tandis que Tom, métisse plus à fleur de peau aux airs de Heathcliff, vit sur les hauteurs dans une ferme à la montagne, accompagné de parents tout aussi affables, qui ne l’empêchent cependant pas de se questionner et de vivre avec difficulté son statut d’enfant adopté. Les univers de chacun sont distincts (sans verser dans la sociologie, réfutée par le cinéaste), aussi distincts que l’ouverture du film, qui opposait la nature de l’été à l’apreté montagneuse de l’hiver. Une parabole qui trouve son sens à l’aune de la confrontation à la fois puissante et maladroite de Damien et Tom, interprétés avec justesse par Kacey Mottet Klein et Corentin Fila.
 

Ils se cherchent puis se battent quand ils se trouvent, tant et si bien que cela en deviendra presque un rituel recherché par les deux personnages, malgré les coups et blessures. Co-écrit avec Céline Sciamma, qui se distingue depuis quelques années par un cinéma qui saisit avec acuité les bouleversements identitaires adolescents, particulièrement concernant l’élaboration d’une identité sexuelle (Naissance des pieuvres (2007), Tomboy (2011)…), Quand on a 17 ans traduit les opacités du désir homosexuel des deux garçons, leur tentatives labiles l’un vers l’autre. Le désir leur compresse la tête, il n’est pas seulement rimbaldien, il trouve également écho dans la définition de Paul Eluard : « Jeunesse du fauve/ Bonheur en sang/ Dans un bassin de lait ». Sur trois trimestres, chacun ponctué de moments pivots, les deux jeunes garçons s’entrechoquent, se refusent, contrariés mais attirés par des corps à corps qui défient leurs peurs, leurs tâtonnements. A Sandrine Kiberlain, qui joue avec sensibilité la mère de Damien, d’avoir ses mots très éloquents dans leur double sens, lorsqu’elle supervise leurs devoirs : « C’est marrant, vous bloquez tous les deux sur la même chose. »…

Avec des séquences parfois déséquilibrées, des récits troués, le cinéma d’André Téchiné possède pourtant une vraie beauté cinématographique dans sa capacité à saisir, par un geste brouillon, le « moment où le désir passe du ventre au cœur et affleure la conscience » (Céline Sciamma), en donner une substance visuelle singulière, à la sensibilité échévelée. Il n’est pas impossible que la partie malhabile de mise en scène qui jalonne ses films participe à la palpitation perceptible de ceux-ci. Damien et Tom sont plus proches du corps à corps de Mes séances de lutte (Jacques Doillon, 2013) que des personnages des Roseaux sauvages (1994), au canevas narratif similaire. L’importante physicalité des deux garçons, ici exprimant leur découverte du désir, a valeur de langage et de communication, à l’instar du film de Doillon (plus conceptuel). Le décor naturel, la vallée de l’Ariège, accompagne l’essence des corps, d’un désir à défricher ou à explorer. Comme les Calanques dans Les Témoins (2007), la ville de Nice dans L’Homme qu’on aimait trop (2014) ou l’estival Ma Saison préférée (1993), la vitalité charnelle est soutenue par le cadre géographique, naturel. Les bavures qui marquent le cinéma d’André Téchiné servent ici avec intensité et clairvoyance les bouillonnements particuliers liés au désir quand on a 17 ans.

Titre original : Quand on a 17 ans

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 114 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Ange

Ange

« Ange » est un opus de transition dans la filmographie audacieuse de Ernst Lubitsch. Le cinéaste réussit un coup de billard à trois bandes avec la censure du code Hayes en abordant le sujet tabou de la tentation adultérine dans le couple considérée du point de vue de la femme. Emoustillant en version restaurée.

Les Recrues

Le premier film de Bertolucci, pasolinien en diable, est une bien belle manière de découvrir l’ensemble de son oeuvre pour une première approche ou un dernier hommage.