Select Page

Palo Alto

Article écrit par

Un premier long métrage réussi, très proche de « Virgin Suicides ».

Certains diront que c’est encore un film sur l’adolescence, cette période forcée vers l’âge adulte où tout se joue. D’autres auront la curiosité de découvrir comment une jeune cinéaste, 28 ans au compteur, a choisi quatre protagonistes pour raconter son histoire, une fille qui rêve d’amour et s’appelle April, un jeune blondinet en manque de sensations fortes, du nom de Teddy, son meilleur ami déjanté qui pour le coup n’a pas froid aux yeux, Fred. Et pour finir, une jolie blonde, vite facile auprès des garçons, en manque de tendresse et paumée, Emily. Ils habitent Palo Alto, en Californie, une banlieue chic où ils cherchent de quoi s’occuper après le lycée.

Gia Coppola signe avec Palo Alto son premier long métrage. Son école de cinéma n’est autre que les coulisses du tourange de Twixt (2012) de son grand-père. Petite-fille de Francis Ford, nièce de Sofia, c’est avec James Franco qu’elle a décidé de travailler main dans la main, en adaptant son recueil d’histoires très personnelles. James Franco raconte sous la forme de petites saynètes ses aventures amoureuses, sexuelles, ses questionnements, ses amis. Gia Coppola en a choisi trois ou quatre, les a travaillées et ensuite rassemblées pour former un scénario, une histoire plus émotionnelle et consistante. 

 

James Franco dans Palo Alto, crédit : Pathé Distribution

Dans Palo Alto, la jeune réalisatrice arrive non seulement à être très proche de l’adolescence, période qu’elle a quittée il y a peu de temps. Mais aussi à instaurer avec ses acteurs une sorte de confiance, les embarquant dans une aventure cinématographique lyrique et intéressante. Comme Virgin Suicides (Sofia Coppola, 1999), il est question de limites. Vont-ils tout oser ? Jusqu’où April (Emma Roberts), nièce de Julia, Teddy (Jack Kilmer), fils de Val, Fred et Emily pousseront-ils l’effort, la gêne, la limite ? On suit le temps du film ces quatre personnages, qui se rencontrent, se parlent, s’embrassent aussi, quatre destins adolescents qui vont chacun à leur manière basculer.

Passionnée de photographie et d’écriture, Gia Coppola propose une oeuvre soignée, réfléchie. Même si le thème du film manque d’originalité, se basant sur les souvenirs d’adolescence de James Franco lui-même, son personnage de professeur de sport très attiré par ses jolies élèves amène un peu de piquant au long métrage. Le curseur se déplace au-delà du sexe, de la drogue, des voitures, du maquillage. La réalisation très arty, très agréable de Gia Coppola donne à Palo Alto la sensation d’être un rêve, une plongée douce et brutale à la fois au temps de cette époque de questionnements, de difficultés à se construire un avenir, une vie. Sur une excellente musique signée Blood Orange, Coppola version Gia nous retourne d’émotions.

Titre original : Palo Alto

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…