Select Page

Milos Forman

Article écrit par

À l´occasion de la ressortie en salles récente de « Valmont », ce Coin du cinéphile est consacré à Milos Forman.

La sélection de ce Coin du cinéphile est orientée sur l’individualisme et la liberté au cœur de la filmographie de Miloš Forman. C’est précisément la répression du Printemps de Prague qui guidera son exil aux États-Unis, ce même si son goût de la satire se déployait déjà dans ses films tchèques comme L’As de pique (1963) ou Les Amours d’une blonde (1965), qui le firent remarquer de la critique internationale. Sur sa terre d’adoption, Miloš Forman capturera cette liberté à travers les mues de la société dans Taking Off (1971) tandis que l’oppression du régime communiste laissera place à celle du conformisme et des carcans moraux dans ses différents films américains, le plus célèbre restant Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975). La folie du comique Andy Kaufman dans Man on the Moon (1999) comme la sexualité étalée de Larry Flynt (1996) met en lumière les rebelles et les excentriques chers à Forman. Cela peut prendre un tour plus universel et intemporel quand Forman célèbre le génie de Amadeus (1984), ou la dévotion à son art du célèbre peintre dans Fantômes de Goya (2005), son dernier film à ce jour.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré au cinéaste anglais Terence Davies.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.