Select Page

Milos Forman

Article écrit par

À l´occasion de la ressortie en salles récente de « Valmont », ce Coin du cinéphile est consacré à Milos Forman.

La sélection de ce Coin du cinéphile est orientée sur l’individualisme et la liberté au cœur de la filmographie de Miloš Forman. C’est précisément la répression du Printemps de Prague qui guidera son exil aux États-Unis, ce même si son goût de la satire se déployait déjà dans ses films tchèques comme L’As de pique (1963) ou Les Amours d’une blonde (1965), qui le firent remarquer de la critique internationale. Sur sa terre d’adoption, Miloš Forman capturera cette liberté à travers les mues de la société dans Taking Off (1971) tandis que l’oppression du régime communiste laissera place à celle du conformisme et des carcans moraux dans ses différents films américains, le plus célèbre restant Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975). La folie du comique Andy Kaufman dans Man on the Moon (1999) comme la sexualité étalée de Larry Flynt (1996) met en lumière les rebelles et les excentriques chers à Forman. Cela peut prendre un tour plus universel et intemporel quand Forman célèbre le génie de Amadeus (1984), ou la dévotion à son art du célèbre peintre dans Fantômes de Goya (2005), son dernier film à ce jour.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré au cinéaste anglais Terence Davies.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Leur souffle

Leur souffle

Des cinéastes de mauvaise foi qui peinent à animer leurs images et leurs sons, dans un film qui globalement manque d’attrait et de passion, malgré quelques rayons de soleil.

Travail au noir

Travail au noir

Usant jusqu’à la trame de la dissonance, Jerzy Skolimowski laisse éclater un ton iconoclaste qui renouvelle avec bonheur la litanie amère des films-constats auxquels nous a habitué le désarroi polonais. Ressortie en salles.

Un Américain bien tranquille

Un Américain bien tranquille

Confronté à l’adaptation de ce brûlot anti-américain de Graham Greene, Joseph Mankiewicz héroïse l’antagoniste américain et humanise le protagoniste-narrateur anglais sur la toile de fond chaotique d’une guerre d’Indochine asymétrique. En version restaurée.