Max et les maximonstres (Where The Wild Things Are)

Article écrit par

Si les maximonstres sont extraordinaires de réalisme, le film peine en revanche à faire exister une histoire et une ambiance qui séduisent toutes les enfances – petites ou grandes.

Lorsque Spike Jonze décide d’adapter Max et les Maximonstres, il s’attaque à un phénomène de la littérature enfantine de 1964 écrit par Maurice Sendak, un conte d’une vingtaine de lignes culte et poétique. Or précisément, c’est peut-être dans l’économie de mot que l’imaginaire permettait de s’envoler et de transcender cette fable, là où la pléthore d’images qu’y supplante le réalisateur appauvrit les chimères. Soit, Monsieur Jonze a consacré 5 ans à l’écriture du scénario et de gigantesques moyens à la réalisation des monstres (en 3 temps : enregistrement des voix, interprétation dans des costumes géants puis animation des visages et expressions sur ordinateurs) ; ces derniers, personnages fantastiques mais plus vrais que nature, sont la grande réussite du film, rendant hommage en cela aux belles illustrations du livre originel. Néanmoins, l’émotion n’est que péniblement au rendez-vous et la démonstration du propos – intello et paternaliste – finit par lasser. Malgré son ardente ferveur, celle de Spike et celle de Max, l’enfant semble avoir oublié ceci : qui trop embrasse mal étreint.

Si le film, comme le livre, suscite un grand intérêt et – comme bien souvent – un franc succès, c’est pour son parti pris : il décale subtilement les poncifs ayant trait au monde de l’enfance pour les emmener sous cette autre lumière du réel, celle où les bambins sont frustrés, désoeuvrés et cyniques, et où leur cruauté n’a d’égal que leur ennui.
Ainsi, Max, jeune garçon solitaire, s’enfuit-il de chez lui après une incartade avec sa mère et s’imagine voguer vers une étrange contrée peuplée de monstres gigantesques dont il devient le roi. Chaque géant poilu a une personnalité bien trempée – rabat-joie, hypersensible, ou sage –, mais tous s’accordent à participer aux activités ludiques de leur nouveau souverain, entre batailles de boue, siestes spontanées et courses poursuites dans les bois. Or, malgré leur grande taille, les monstres sont déraisonnables et irresponsables et leurs discordes répétées déséquilibrent bien vite le royaume que Max croyait parfait…

L’idée de Max et les Maximonstres est de projeter sur les bêtes infantiles l’univers émotionnel chaotique dans lequel évolue le jeune humain. Bien sûr, donner sa place au côté obscur de la planète enfant, à ses cauchemars vivants et à sa temporalité propre, est une entreprise louable, voire nécessaire. Mais le film de Spike Jonze ne fait pas œuvre universelle. L’inconstance de Max, sublimement mise en scène au début du film dans le monde réel, tend à devenir grossière pendant son périple ; de même, la psychorigidité des monstres, parfois sujette à des traits d’humour, frôle plutôt la neurasthénie. Finalement, de décors froids et sans intérêt à un rythme sans histoire, le conte finit par libérer une morne fadeur. Quid alors du versant plus lumineux mais simultané de l’enfance, où le monde s’adapte à notre prisme et où la lente coulée du temps procure à la solitude un sentiment d’infini ?

Film singulier attaché à la singularité d’un univers, Max et les Maximonstres ne réussit donc pas à emporter tout le monde avec lui dans son voyage ; reste qu’il provoque, comme récit sincère, l’éternelle excitation de l’exploration en terre imaginaire.


Titre original : Where the Wild Things are

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 102 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).