L’Etrange Festival 2010 : présentation

Article écrit par

Fidèle à sa réputation, L´Etrange Festival propose du 3 au 12 septembre une sélection d´oeuvres méconnues, attendues, incroyables et mystérieuses ne pouvant qu´exciter le cinéphile en quête d´originalité. Petit coup d´oeil sur le menu…

En regardant avec envie le programme concocté pour sa 16e édition par l’équipe de l’Etrange Festival, on ne peut que regretter que l’événement parisien ait été absent aussi longtemps. Après un retour en fanfare en 2009, marqué par des hommages bien vus (Franco Nero) ou un brin provocateurs (Uwe Boll), des avant-premières de prestige (Moon, honteusement sorti directement en DVD ; Breathless, qui a relancé de belle manière l’intérêt du public pour le cinéma sud-coréen avec The Chaser), et bien sûr la projection de « pépites » toutes plus intrigantes les unes que les autres, L’Etrange a repris son rythme de croisière, en accélérant même la cadence.

Plus de soixante films sont ainsi programmés du 3 au 12 septembre, avec un accent porté sur les avant-premières fantastiques et/ou horrifiques, à tel point que l’on peut se demander si les programmateurs n’auraient pas envie de concurrencer un certain festival vosgeois… La sélection est ainsi très cosmopolite, ralliant les dernières sensations asiatiques (l’angoisse insulaire de Bedevilled, la crise immobilière transformée en quête goresque avec Dream Home, le dérèglement domestique de The Housemaid), des premiers films français forcément attendus (Proie, Robert Mitchum est mort, Captifs), des séries B américaines très « buzzées » (Monsters en clôture, Suck, Buried, Le dernier exorcisme, Survival of the Dead), sans compter les sensations vues au Marché du film cannois (Rubber, Serbian Film, We are what we are, Rammbock). Et encore, la liste n’est pas complète ! Impossible par exemple de ne pas conseiller le très original Pontypool, qui exploite le filon du film de mort-vivant avec une idée suffisamment cintrée pour réjouir les plus blasés, ou Délivre-nous du mal, thriller danois tendu comme un arc et marchant dans les traces du Peckinpah des Chiens de Paille.

En marge de ces projections de prestige déjà nombreuses, L’Etrange Festival propose une sélection de « Pépites de l’étrange », où se croisent tueur cinéphilique (Fondu au noir), étudiante sadomasochiste (La Bonzesse), cul-de-jatte maléfique (L’infernale poursuite), et savant fou infirme (L’inconnu de Shandigor). Au total, huit films forcément très rares, et bien sûr uniques en leur genre.

Mais un festival ne serait pas réussi sans invités à croiser : de ce côté, avec une carte blanche donnée à l’indomptable Alejandro Jodorowsky (qui aime apparemment le cinéma coréen et Lon Chaney), au fougueux Nicolas Winding Refn (son Valhalla Rising sera projeté pour l’occasion, car sélectionné par… Jodorowsky !), et à Lionel Soukaz, deux hommages à Jean-Pierre Kalfon et Mimsy Farmer, et une soirée – qui risque de vite afficher complet – en compagnie de Tobe Hooper, l’immortel auteur de Massacre à la tronçonneuse, on peut dire que le contrat est rempli. Présents pour introduire leur film, les réalisateurs Quentin Dupieux (aka Mr Oizo), Daniel Stamm (avec son producteur Eli « Hostel » Roth), Srdjan Spasojevic, ou encore Chris Morris sont également annoncés.

De nombreuses autres surprises (une Nuit Vampires, la compétition Courts-Métrages, la pause musicale « L’étrange musique » le lundi 6, un chef d’œuvre oublié de Victor Fleming, et on en passe…) attendent le public au Forum des Images de Paris. Pendant une semaine, vous allez découvrir du jamais vu tous les soirs, alors n’hésitez pas à partir à l’aventure !

Programme complet et renseignements : www.etrangefestival.com


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.