Select Page

Les Coquillettes

Article écrit par

Sophie Letourneur et ses copines à Locarno : coquillettes et absence de paillettes.

Ça devait n’être qu’un court, c’est finalement un long métrage. Les Coquillettes est le troisième film de Sophie Letourneur à sortir en salles, après La Vie au ranch (2010) et Le Marin masqué (2012), ce dernier étant justement un court métrage, son format d’affection. La cinéaste poursuit ici dans la même veine, à savoir la mise en scène de filles entre elles, intelligentes mais pleines de préoccupations d’une délicieuse vacuité. Letourneur elle-même, Carole Le Page et Camille Génaud débarquent au Festival de Locarno, moins pour l’amour du cinéma (« Il paraît que le film de Panahi est gé-nial ») que pour échapper à leur quotidien parisien, faire la fête (« c’est hyper glamour ») et régler leurs obsessions personnelles. Sophie rêve de croiser Louis Garrel, qui lui a donné son numéro et qui est « l’homme de sa vie » ; Carole est juste là « pour baiser » ; Camille espère des rencontres romantiques. Soit l’histoire à peu près nulle en évènements de trois copines attachantes et égocentrées qui baladent leur spleen et leur amitié dans les soirées cheap d’un festival dont elles se foutent, en gros, complètement.

Les Coquillettes pâtit par instant d’avoir été ainsi étiré : ce qui faisait l’incroyable énergie de Le Marin masqué est ici dilué dans des scènes à rallonge, d’intérêt et de qualité tout à fait inégaux. Qu’est-ce qui rend alors le film de Sophie Letourneur finalement aimable ? Une hardiesse remarquable d’abord : les trois jeunes femmes foncent, donnent à leur film faussement improvisé un sentiment d’urgence et d’immédiateté assez fédérateur. Letourneur a un talent certain pour l’anecdote, pour tirer l’essence comique de toute situation a priori anodine. On rit encore beaucoup devant ces Coquillettes, d’autant plus qu’aucune des filles ne s’épargne, ne craint le ridicule. On pourrait reprocher à Letourneur de ne rien raconter, de faire du cinéma pour happy few parisiens, si son rapport au langage n’était pas si passionnant. La Vie au ranch en était l’exemple le plus caractéristique, tout entier bâti autour de discussions vaines mais parfaitement révélatrices de l’inanité de la parole entre potes. Perdue dans le brouhaha de soirées enivrées, cette parole, épuisante, semblait n’avoir aucunes limites, rendait le film aussi fascinant que parfois hermétique.

 

C’est toujours pour la parole – outrancière, parfaite incarnation du ici et maintenant – que vaut Les Coquillettes. Elle est ici plus éparse, Sophie, Carole et Camille passant plus de temps à épier l’arrivée en soirée de leur target du jour qu’à véritablement se parler. Carole filtre les appels de Camille, trop collante ; Camille interrompt Sophie en lui disant qu’elle a « trop envie de faire caca ». Letourneur filme aussi cette peur de n’être pas écoutée, de n’avoir finalement rien d’autre à se dire que le récit du déroulement d’une soirée qu’on a passé séparées. C’est l’histoire de filles qui vont vite, boivent trop, ramènent des mecs qui baisent mal, remplissent le temps de manière boulimique par crainte de ne rien vivre. C’est hilarant, parce que ça ramène à soi ; mélancolique également, parce que c’est une angoisse qu’on comprend. Les Coquillettes semble être encore plus « à l’arrache » que les précédents films de Letourneur, il est en fait bien plus pensé qu’il n’y paraît : le son, notamment, a été recréé de toutes pièces après avoir effacé intégralement celui du tournage.

Ce travail sur le son, Letourneur le poursuit depuis La Vie au ranch, pour lequel elle avait élaboré un CD avec de réelles discussions, qu’elle avait ensuite fait écouter aux actrices pour qu’elles puissent le répéter, au même titre qu’une partition ; pour Le Marin masqué, elle avait ajouté des commentaires off en post-synchronisation. La cinéaste confie en dossier de presse avoir souffert à l’époque « de ne pas être comprise, que l’on ne saisisse pas ce qu’il y avait de très structuré et travaillé derrière l’impression de désordre et de vacuité ». C’est pourtant dans cette recherche, pas forcément appréciée au premier coup d’œil, que réside une part importante de la richesse de son travail. Et de fait, Les Coquillettes, moins radical, s’offre plus facilement – cela n’empêche pas le film d’intriguer, en laissant parfois sur le pavé. 

À lire : l’entretien avec Sophie Letourneur

Titre original : Les Coquillettes

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 75 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…