Select Page

Le marin masqué

Article écrit par

« Le Marin masqué » a obtenu une jolie flopée de prix en festival en 2011. Mais plus que tout, ce drôle d´objet a su s´attirer les faveurs de publics hilares…jusqu’à trouver son chemin vers les salles.

La réalisatrice Sophie Letourneur a réalisé un unique long métrage et plusieurs courts. A chaque fois, le format serré du court sied plutôt bien à ses études de caractères des catégories de la jeunesse. Dans Roc et Canyon (2008), les adolescents, dans le moyen métrage Manue Bolonaise (2005), c’était les pré-ados, puis les parisiennes de 20 ans dans La tête dans le vide (2004) et La vie au ranch (2009).

Le marin masqué est le récit par Sophie (Letourneur) et Laetitia (Goffi) d’un week-end en Bretagne de ces jeunes trentenaires (une mêre célibataire, une en couple) . Les trente minutes de cette franche comédie sont en noir et blanc, vignettes au format polaroid, qui sentent bon le bric à brac d’un film de vacances. Sauf que Le Marin Masqué est entièrement post-synchronisé, les acteurs venant s’amuser à poser leurs voix sur l’image, jouant du décalage et des ressorts comiques de la distance entre image et son. Certains sons sont amplifiés, d’autres singés et caricaturés, comme pour jouer à faire un film pour de faux.

 

C’est charmant, et d’autant plus drôle que les deux jeunes femmes commentent en plus par-dessus en voix-over cet épisode, ne s’épargnant aucune réflexion acerbe sur leur comportement à posteriori. Par ce procédé, la réalisatrice accentue encore la distance entre les personnages et leurs travers, place un running gag musical entêtant, renforce ce goût pour l’anodin dans son cinéma.

La belle affiche dessinée par Nine Antico met au centre des regards féminins un jeune homme, le fameux marin masqué (Johan Libéreau) évidemment sujet de toutes les attentions. Ancien amour de jeunesse un peu pitoyable, retour désabusé dans les lieux familiers de l’adolescence, charme et déprime d’un week-end entre copines alors que le cœur n’y est pas vraiment : sous couvert de purs effets comiques et de douces moqueries pour les futilités féminines, Sophie Letourneur fouille toujours juste dans les peines d’une génération (et d’une classe), ses charmes, ses tics langagiers et ses comportements symptomatiques. Aussi fin et drôle que finalement grinçant, tant le reflet n’est pas toujours flatteur…
 

Titre original : Le Marin masqué

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 36 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.