Le marin masqué

Article écrit par

« Le Marin masqué » a obtenu une jolie flopée de prix en festival en 2011. Mais plus que tout, ce drôle d´objet a su s´attirer les faveurs de publics hilares…jusqu’à trouver son chemin vers les salles.

La réalisatrice Sophie Letourneur a réalisé un unique long métrage et plusieurs courts. A chaque fois, le format serré du court sied plutôt bien à ses études de caractères des catégories de la jeunesse. Dans Roc et Canyon (2008), les adolescents, dans le moyen métrage Manue Bolonaise (2005), c’était les pré-ados, puis les parisiennes de 20 ans dans La tête dans le vide (2004) et La vie au ranch (2009).

Le marin masqué est le récit par Sophie (Letourneur) et Laetitia (Goffi) d’un week-end en Bretagne de ces jeunes trentenaires (une mêre célibataire, une en couple) . Les trente minutes de cette franche comédie sont en noir et blanc, vignettes au format polaroid, qui sentent bon le bric à brac d’un film de vacances. Sauf que Le Marin Masqué est entièrement post-synchronisé, les acteurs venant s’amuser à poser leurs voix sur l’image, jouant du décalage et des ressorts comiques de la distance entre image et son. Certains sons sont amplifiés, d’autres singés et caricaturés, comme pour jouer à faire un film pour de faux.

 

C’est charmant, et d’autant plus drôle que les deux jeunes femmes commentent en plus par-dessus en voix-over cet épisode, ne s’épargnant aucune réflexion acerbe sur leur comportement à posteriori. Par ce procédé, la réalisatrice accentue encore la distance entre les personnages et leurs travers, place un running gag musical entêtant, renforce ce goût pour l’anodin dans son cinéma.

La belle affiche dessinée par Nine Antico met au centre des regards féminins un jeune homme, le fameux marin masqué (Johan Libéreau) évidemment sujet de toutes les attentions. Ancien amour de jeunesse un peu pitoyable, retour désabusé dans les lieux familiers de l’adolescence, charme et déprime d’un week-end entre copines alors que le cœur n’y est pas vraiment : sous couvert de purs effets comiques et de douces moqueries pour les futilités féminines, Sophie Letourneur fouille toujours juste dans les peines d’une génération (et d’une classe), ses charmes, ses tics langagiers et ses comportements symptomatiques. Aussi fin et drôle que finalement grinçant, tant le reflet n’est pas toujours flatteur…
 

Titre original : Le Marin masqué

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 36 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.