Select Page

Le cinéma fantastique français

Article écrit par

Le cinéma fantastique signe son grand retour, fort d’une programmation exceptionnelle à la Cinémathèque française, avec la rétrospective qui lui est consacré, ainsi que celle du maître incontesté qu’est Georges Franju dont Les yeux sans visages fait encore frémir à chacune de ses projections.

Cependant, il est difficle de cataloguer le genre dit "fantastique" tant il renferme bien souvent d’autres sous-genres comme le fantasmagorique, l’horreur, l’onirique, etc.
Il faut reconnaître que ces dernières décennies, hormis quelques exceptions rares, le cinéma fantastique français était loin de pouvoir rivaliser avec les réalisateurs américains et asiatiques qui, pour beaucoup, étaient les seuls à pouvoir le transcender et le mener à la perfection sans pour autant sombrer dans une forme de cheap, adjectif très souvent attribué aux réalisations françaises.

Si le cinéma contemporain de l’hexagone montre une certaine faiblesse lors de son incursion dans le fantastique, il ne faut cependant pas oublier que le cinéma français est auréolé par de nombreux grands films et réalisateurs ; pour n’en citer que quelques uns : Cocteau avec La Belle et la bête ou Le Sang d’un poète, tout comme, déjà cité ci-dessus, Franju. Ils ont par leur nombreux films marqué le genre. Mais c’est aussi des réalisateurs moins connus comme Maurice Tourneur (père de Jacques Tourneur) avec La Main du diable (dont Bertrand Tavernier rend un gloreux hommage dans son film Laisser passer sorti en 2001) qui ont prouvé une certaine excellence à la française dans la mise en scène du genre fantastique à l’écran. Beaucoup de réalisateurs ont aussi fait irruption au sein de ce genre, comme Jean-Luc Godard avec Alphaville. Mais souvent ces brefs voyages ont été mal reçus par le public et la critique. Même si le genre à décliné depuis la fin de la guerre, les nouveaux évènement mis en place redonne au fantastique français toutes ses lettres de noblesses.

Toutes ces rétrospectives sont aussi auréolées par la sortie de deux livres fondamentaux pour le cinéma fantastique français. Publiés par L’Harmattan sous la direction de Frédéric Gimello-Mesplomb, ils défrichent les bas fonds historiques du genre afin de le remettre en avant. Le premier ouvrage intitulé L’invention d’un genre : le cinéma fantastique français ou les constructions sociales d’un objet de la cinéphilie ordinaire s’évertue dans un domaine purement historico-esthétique d’expliquer l’ampleur et toutes les retombées sociologiques du fantastique. Dans ce premier livre les auteurs retracent l’invention de ce genre mais aussi les enjeux socio-économiques en expliquant les rapports étroits et les échanges critiques entre la France et les Etats-Unis.
Ils soulignent également la création de revues telles que L’Ecran fantastique ou encore les différents festivals de films de genre, comme Avoriaz ou Gérardmer par exemple, qui donnent une légitimité au genre chez nous.

Ce livre dresse un panorama complet, de la production au public en passant par la critique, d’un genre parfois sous-estimé. Celui-ci est d’ailleurs doublé avec Les cinéastes français à l’épreuve du genre fantastique, socioanalyse d’une production artistique toujours sous la direction de Frédéric Gimello-Mesplomb. Dans cet ouvrage, les auteurs refléchissent le cinéma fantastique français non plus sous une forme théorique ou encore esthétique mais tracent un schéma des différents thèmes qui sont lui proches, comme les corps (les docteurs fous, le diable ou encore le double). Les auteurs analysent différentes oeuvres de cinéastes, comme Orphée de Jean Cocteau ou Le Locataire de Roman Polanski, afin de comprendre le processus de création des différentes époques et différentes esthétiques qui ont pu voir le jour au sein de ce même courant.
Si les deux livres, au premier abord, peuvent rebuter par leurs aspects universitaires, leur lecture permettra à tous les intéressés de bien comprendre la portée et l’importance du cinéma fantastique français. Même si les ouvrages peuvent être pris pour des entités séparées, il faut pourtant conseiller la lecture des deux tomes, car plus qu’une suite d’analyses intertextuelles d’oeuvres ou de thèmes, la complémentarité de ces deux livres dessinent une histoire complète du genre.

Si le cinéma fantastique français à longtemps été le vilain petit canard des genres tant chéris par la France. Les évènements et les parutions de ce mois d’avril inscrivent ce genre parmis les plus fastueux de la cinématographie française. Même si les dernières oeuvres laissent parfois un petit arrière goût de déception, les rétrospectives et toute l’histoire du genre montrent bien que la France possède néanmoins de sérieux atouts pour faire la part belle au marché dominé par les américains et les asiatiques.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.