Select Page

La Loi de Murphy

Article écrit par

Le monde de la comédie se divise en deux catégories : les films drôles et les films PAS drôles. La loi de Murphy se situe… dans la deuxième catégorie.

La Loi de Murphy raconte l’histoire d’Elias, infirmier aux urgences, futur ex détenu à 5 heures de la fin de sa peine conditionnelle. Mais c’est à ce moment précis (à 5 heures de la quille !!) que les ennuis commencent pour lui. Rudy, un de ses anciens complices, débarque aux urgences grièvement blessé à la suite d’un accident de voiture. Il a dérobé des diamants aux frères Ortega, des mafieux manouches pas très futés, et Elias se rend rapidement compte que les diamants se promènent dans l’hôpital… Il fera tout pour les récupérer et ainsi sauver son ami.

Avant tout, une petite explication s’impose sur le titre : La Loi de Murphy. Aux États-Unis, dans les années 45, Edward Murphy réalise des tests sur la tolérance humaine à la décélération. À la suite d’une erreur d’un de ses assistants, il déclara « If that guy has any way of making a mistake, he will » (« Si ce gars a la moindre occasion de faire une erreur, il la fera. »). À partir de là, la loi de Murphy est née et a été résumée vulgairement par La loi de l’emmerdement total. (source : Wikipédia)

Ce principe de l’emmerdement total se retrouve très fréquemment au cinéma, comme par exemple dans Héros malgré lui avec Dustin Hoffmann, Grégoire Moulin contre l’humanité d’Artus de Penguern, et les nombreux films de Francis Veber et Pierre Richard. En général, le héros se retrouve malgré lui dans une situation infernale, où tout va contre lui. Et plus il essaye d’arranger les choses, plus elles empirent.

Mais tout le monde n’est pas Pierre Richard ou Francis Veber ! Le scénario de La Loi de Murphy manque cruellement de profondeur et le suspens a été oublié à l’écriture du script. Toutes les situations malencontreuses qui arrivent au héros finissent trop bien. On ne le sent pas acculé au bord du gouffre, prêt à chuter. Certes il s’agit d’une comédie, mais cela n’est pas censé empêcher le héros d’avoir les deux pieds et même tout le corps dans une immense galère bien puante.

Le film se veut à mi-chemin entre comédie déjantée et film de gangster à la Snatch de Guy Ritchie ou Payback de Brian Helgeland avec Mel Gibson.
Mais où sont donc passés la folie et le rire ? Peut-être se sont-ils fait aspirer dans une faille spatio-temporelle… Quoi qu’il en soit, on est loin de l’univers complètement barge des Nuls ou des Monthy Pythons et de leurs comédies légendaires.

Les deux scénaristes, Christophe Campos et  Mabrouk el Mechri (pourtant respectivement scénariste et réalisateur de l’excellent JCVD), peuvent remercier Omar et Fred, qui sont les seuls à tirer leur épingle du jeu. Omar joue un Manouche noir aux cheveux longs et lisses, totalement naïf  et immature qui, pour réussir à s’infiltrer dans l’hôpital, se fera passer pour un obstétricien.

Fred, lui aussi relooké, joue plusieurs personnages aussi drôles les uns que les autres : un responsable de la morgue, un  réceptionniste, un candidat de jeu TV  et le père de Luciano. 

 
Pour le coté film de gangsters,  les codes du genre y sont repris : la voix-off du héros qui narre son histoire, des gangsters pas très doués et totalement stupides, un montage rythmé et stylisé, un ultime renversement de situation censé « scotcher » le spectateur. Mais au final le film ne scotchera que les sièges… et encore.


Pour conclure, on constate que cette comédie souffre d’un mal commun à de nombreuses autres comédies françaises : elle ne va pas jusqu’au bout de la connerie. Soit on fait une comédie léchée et fine, soit on fait de l’humour grossier, absurde et assumé. La loi de Murphy ne parvient pas à se situer et afficher clairement un parti pris. Coluche disait : « Faire rire c’est crevant. Faut faire rire toutes les quatre secondes, c’est la règle. Si tu laisses passer huit secondes sans les faire marrer, ça s’appelle un effet. Si tu les laisses douze secondes, ça s’appelle un bide ». La Loi de Murphy se situe bien après 12 secondes.

Titre original : La Loi de Murphy

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Mans 66

Le Mans 66

Porté par un Christian Bale meilleur que jamais, « Le Mans 66 » nous raconte la passion d’un champion de course automobile avec des moments de vérité parfois bouleversants.

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».