Select Page

Je suis venu vous dire…

Article écrit par

Merci, Serge. Un documentaire sur Gainsbourg, par Gainsbourg lui-même. Ce travail de titan mené par Pierre-Henry Salfati est un hommage réussi et une jolie manière de s´essayer à l´autobiographie, autrement.

L’homme à la tête de chou n’a pas fini d’être source d’inspiration. On se souvient du film de Joann Sfar, Gainsbourg, vie héroïque. Cette fois-ci, l’exercice consiste à réunir des archives, des bouts d’interviews, des vidéos peu connues et les assembler pour obtenir un aperçu de la vie du chanteur, par lui-même. Plus de vingt-six semaines ont été nécessaires en montage afin de réaliser ce documentaire. Et ce n’est pas moins de quatre ans essentiels à l’obtention des droits sur les images et les musiques – que l’on évalue à plus de cent dix !

L’atout de cette autobiographie revisitée : un film original, touchant, émouvant. Entendre, réentendre la voix de Gainsbourg qui se raconte donne une impression de nostalgie. Le documentaire est bien construit, les images inattendues. Seul bémol dans la réalisation, sans doute une reconstitution avec des acteurs de scènes, de « moments » de la vie de Gainsbourg. Ce mélange entre archives et reconstitution fausse légèrement le fond et l’intérêt du film : donner à voir le réel, remettre au présent la voix, la personnalité du chanteur.

Une fois la forme acceptée – ce concept de laisser Gainsbourg parler de lui-même – la lecture du documentaire se fait aisément. Le rythme lent et calme de la narration enivre, berce. De souvenirs d’enfance en coups durs, de verres en cigarettes, l’icône, la star se dérobe, se confie, telle un journal intime. Spectateur de sa vie, monsieur Serge devient intime.
 
La maîtrise du sujet par son réalisateur, Pierre-Henry Salfati, la volonté de choisir des morceaux de vie méconnus, moins vus, donnent à ce documentaire une belle tonalité, entre émotion et révérence.

Titre original : Je suis venu vous dire...

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 108 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.

Interview d’Abel Danan.

Interview d’Abel Danan.

Pour son deuxième court-métrage, Love Cantata, Abel Danan s’est entretenu avec nous. C’est l’ occasion de découvrir un cinéaste très prometteur, que Vanity Fair vient de classer dans son palmarès annuel des jeunes talents à suivre de près.