Select Page

Festival Repérages – Le cinéma de demain du 8 au 16 février

Article écrit par

Le Festival Repérages a lieu en ce moment en Seine Saint-Denis. Il a pour vocation majeure de mobiliser les jeunes en salles autour des métiers du cinéma.

En ce moment a lieu la deuxième édition du Festival Repérages en Seine-Saint-Denis. Jusqu’au 16 février, nous pouvons assister à de nombreuses projections dans les salles du réseau Est Ensemble. La compétition est constituée de premiers et deuxièmes long-métrages, en avant premières, accompagnés de leurs équipes.

Au programme notamment : Deux Fils de Félix Moati, Wardi de Mats Gorud et bien d’autres.

Mais Repérages n’est pas seulement un Festival classique, sa vocation déclarée étant la transmission, il se propose d’ouvrir les portes sur le cinéma et peut-être de faire naître des vocations pour le cinéma de demain.

Concrètement, cette transmission s’articule autour de deux projets : d’une part le projet « Amorce » qui a pour objectif de faire découvrir à 10 jeunes depuis le mois de décembre 2018 les métiers de l’industrie du cinéma et de leur faire réaliser des portraits filmés. D’autre part : pour les cinéastes en devenir, « L’apéro-professionnel », en partenariat avec Cinéma 93, Périphérie, Côté Court et la Fédération des Jeunes Producteurs Indépendants. Découvrir les dispositifs de soutien à la création et à la diffusion sont les thèmes qui seront abordés au cours de ces rencontres.

https://www.est-ensemble.fr/reperages-2019

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.