Select Page

Everyone’s Going to Die

Article écrit par

Deux âmes vagabondes pour un film très indé américain…

Et pourtant Jones, les deux réalisateurs d’Everyone’s Going to Die, sont Britanniques: Max Barron et Michael Woodward, deux talents de la publicité qui ont un jour décidé de tout lâcher, leur routine, leur activité pour se consacrer uniquement à la vidéo. À commencer par de la réalisation de clips pour arriver jusqu’à ce premier long-métrage au casting étonnant. Deux rôles principaux: Mélanie et Ray, interprétés par une actrice Allemande Nora Tschirner et un parfait inconnu du cinéma, Rob Knighton, répéré par une agence de publicité et ancien artisan. Artisanal, le mot est juste pour décrire la manière dont le film a été tourné. Un scénario bien écrit mais manquant de rythme, un tournage sans doute agréable et des lieux soignés, une post-production que l’on image très réfléchie et pensée. Everyone’s Going to Die est un beau film esthétique, même si l’histoire des deux paumés n’arrangent pas la dynamique du long-métrage, ne l’encourage pas en tout cas. 

 


© ARP Sélection  

Mélanie se réveille tout doucement d’une soirée bien arrosée sans doute, en costume, la moustache dessinée sur son visage doux et charmant. Elle est allongée sur une matelas de piscine, l’eau apportant une touche d’insousiance, le temps d’un début. Mais Mélanie va se réveiller brutalement, sur sa soirée mais aussi sur sa vie, sa famille, son compagnon. Un inconnu, Ray, le costume noir d’enterrement et les cheveux gras plaqués en arrière, va la changer, la secouer, la bousculer. Et pourtant lui aussi est déprimé, au bord de sa vie ou alors en transition, on ne sait pas vraiment… 

Everyone’s Going to Die peut s’arrêter au poème filmé, une histoire racontée avec des jolies choses, de jolis êtres et de belles perspectives. Mais il est difficilement associable à un long-métrage construit, avec une intrigue et de l’action. Après, c’est aussi ça la magie du cinéma, laisser ses envies et ses désirs s’exprimer avec poésie et délicatesse, même quand le thème du film, à base de déprime et de ralentis sur sa vie, est plutôt difficile à aborder. Loin de Lost in Translation, Everyone’s Going to Die se rapproche des films indépendants américains nouvelle génération. Un peu comme le film récent de Lola Bessis et Ruben Amar, tourné à New-York, Swim Little Fish Swim, le film des deux Jones nous embarque dans leur imaginaire, leur univers très ancré publicitaire, avec humour et vagabondage. Pourquoi pas.   

Titre original : Everyone's Going to Die

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.