Select Page

Espion(s)

Article écrit par

Pour sa toute première fois, l’ex-critique Nicolas Saada revisite le film de genre, avec Guillaume Canet et Géraldine Pailhas. Et c’est tout simplement superbe. Un coup de maître.

Tiens donc ! La mélancolie peut être sobre, l’élégance à la fois fluide et complexe. Tiens donc… Lorsque le cinéma français ne cherche pas à singer Hollywood, ni à s’assécher dans l’académisme « auteur », il embarque le spectateur comme rarement dans un dédale subtil de plaisir et d’étonnement. Entre thriller et romance : envoûtant. Revoir Espion(s), premier long métrage de Nicolas Saada, sorti en salles l’hiver dernier et disponible désormais dans les bacs, c’est tout simplement s’immerger dans l’un des meilleurs films du genre depuis Les patriotes (Éric Rochant, 1994).

                                                                                                             Espion(s).

                                                                                                              Espion(s) est certes sa première fois, mais c’est surtout – déjà – un coup de maître.

DVD édité chez TF1 Vidéo. Sorti depuis le 20 Août 2009.

Titre original : Espion(s)

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 99 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…