Select Page

DVD « Les Petits Ruisseaux » de Pascal Rabaté

Article écrit par

Malmenée ici à sa sortie, l’adaptation fragile par le dessinateur Pascal Rabaté de sa propre BD sort en DVD chez Ad Vitam. Petit panoramique.

Nous n’avions pas été tendres lors de la sortie salle des Petits ruisseaux, adaptation par Pascal Rabaté de sa propre bande-dessinée à succès. La sortie DVD du film chez Ad Vitam ne sera pas l’occasion de revoir le film à la hausse (les défauts relevés précédemment sont malheureusement bien effectifs), mais au moins de mesurer à quel point le sujet ainsi que le casting promettaient plus. Ils ne sont pas tellement légions les films faisant de la vieillesse moins l’objet d’une observation de décrépitude ou d’un lyrisme nostalgique que d’une perspective de nouveau départ, de pur et simple recommencement.

Voir Daniel Prevost, suite à la mort de son meilleur ami, se lancer dans une quête de nouveaux objets de désir est ainsi la grande idée des Petits ruisseaux. L’acteur, pince-sans rire, incarne son personnage non sans une certaine noblesse, lui conférant une vitalité faisant particulièrement mouche lors de scènes de séduction plus ou moins subtiles (de la copine de son défunt pote à la possible compagne de ses vieux jours, incarnées respectivement par Bulle Ogier et Hélène Vincent, en passant par une jeunette rencontrée le temps d’une courte escapade – jouée par Julie-Marie Parmentier).

Faible au niveau de la pure mise en scène, Les Petits ruisseaux est avant tout le fruit d’une manifeste aspiration du dessinateur à confronter l’encre à la chair, la vignette au plan, peut-être à dessein de s’assurer d’une commune pertinence des images… ou du contraire. Le film apparaît très vite comme assujetti à son support d’origine, dans l’immobilité du cadre, le caractère très « ligne claire » de chaque composante du plan. En même temps que la mise en valeur du jeu de Prevost invite à quelques endroits à davantage de confiance en l’écoulement de la scène, une attention aux silences détonnant forcément de la dramaturgie d’une planche de BD.

Si le film doit alors être (re)vu, c’est surtout en regard de cet avènement du cinéma trop souvent déçu (peu de rythme, trop d’indices tragi-comiques disséminés) mais quelquefois joliment frôlé (le revirement sentimental final, les trajets minimalistes dans la petite auto orange).

Bonus

Un making of du tournage, attestant d’une exigence de cinéaste ne faisant aucun doute et la Bande-annonce du film.

Titre original : Les petits ruisseaux

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 94 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.