Select Page

Criminal Squad

Article écrit par

Produit formaté et prévisible, « Criminal Squad » laisse sur sa faim.

Réalisateur de clips de rap, Christian Gudegast a aussi participé aux scénarios d’Un homme à part avec Vin Diesel (2004) ainsi que de La Chute de Londres (2016) avec, déjà, Gerard Butler.

Copie sans saveur

Aujourd’hui sort son premier long-métrage, Criminal Squad – ou, selon son titre original, Den of Thieves – un film de braquage dans lequel des voyous en acier trempé et un policier désabusé rivalisent de testostérone. Le problème est que cette première réalisation demeure quelconque, s’assimilant autrement dit à un énième avatar d’un sous-genre épuisé. Cet Ersatz de film de voyous reposant sur de fatigantes confrontations viriles exhale donc un tenace parfum de déjà-vu, ne serait-ce que pour Gerard Butler, qu’on a vu bien des fois dans des rôles de mâle Alpha à qui on ne la fait pas. A part, en outre, la présence finalement presque anecdotique de 50 Cent, rien ne rappelle l’affinité du réalisateur avec le monde du rap, ni dans le montage, ni dans la mise en scène – et l’on peut fortement le regretter.



Pas d’intérêt particulier
 
D’une histoire sur le papier certes intéressante, Gudegast et son collaborateur Paul Scheuning – créateur de Prison Break -, n’exploitent pas tous les ressorts potentiels, qu’il s’agisse du suspense ou de la dimension spectaculaire qu’auraient pu acquérir certaines séquences, qui se succèdent ici les unes aux autres avec une certaine fadeur. Les deux scénaristes restituent le braquage central dans la réserve fédérale des Etats-Unis – banque réputée inviolable -, avec une minutie exacerbée et un grand sens du détail ; mais cette précision laisse le spectateur indifférent, ne se sentant pas affecté par le sort de personnages qui ne le touchent guère. Certains choix semblent enfin avoir été pris avec difficulté, tel celui de laisser à l’écran de manière expéditive la dispute de l’enquêteur avec sa femme, non introduite et mal intégrée au reste de l’histoire. La dilatation de certaines scènes aurait pu se révéler percutante et aboutir quant à elle à une certaine tension, mais en vain.

Titre original : Den Of Thieves

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 140 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.