Conflits et obscurantisme religieux au cinéma

Article écrit par

Parmi les meilleurs films de ce début 2010, « Agora » d’Alejandro Amenabar se penchait (parmi d´autres thèmes passionnants) sur le problème de l´obscurantisme religieux.

Par fanatisme ou calcul politique, la religion s’est avérée une source de tension constante à travers l’Histoire. Bien que plus éclairée, notre ère moderne a eu tout autant à souffrir de ces conflits et à l’intolérance des plus extrémistes des croyants, desservant l’image et les intentions de leur culte. Plus que jamais d’actualité, il était donc intéressant de se pencher sur ces films qui se sont risqués à aborder la question du religieux et de ses dérives, tout comme Agora d’Amenabar.

Pour ce Coin du cinéphile, l’humour corrosif des Monty Pythons fustigera la crédulité envers les faux prophètes dans La Vie de Brian, tout comme Elmer Gantry à travers la question des évangélistes itinérants. Les ambiances médiévales du Nom de la Rose et de l’oublié La Vallée perdue se feront le cadre de la barbarie des hommes, justifiée par le message divin. Enfin, le récent et oppressant Osama nous plongera dans l’horreur que fut le régime des talibans.

Bonne lecture, nous nous retrouverons pour le prochain Coin du cinéphile consacré au grand cinéaste japonais Masaki Kobayashi.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.