Select Page

Conflits et obscurantisme religieux au cinéma

Article écrit par

Parmi les meilleurs films de ce début 2010, « Agora » d’Alejandro Amenabar se penchait (parmi d´autres thèmes passionnants) sur le problème de l´obscurantisme religieux.

Par fanatisme ou calcul politique, la religion s’est avérée une source de tension constante à travers l’Histoire. Bien que plus éclairée, notre ère moderne a eu tout autant à souffrir de ces conflits et à l’intolérance des plus extrémistes des croyants, desservant l’image et les intentions de leur culte. Plus que jamais d’actualité, il était donc intéressant de se pencher sur ces films qui se sont risqués à aborder la question du religieux et de ses dérives, tout comme Agora d’Amenabar.

Pour ce Coin du cinéphile, l’humour corrosif des Monty Pythons fustigera la crédulité envers les faux prophètes dans La Vie de Brian, tout comme Elmer Gantry à travers la question des évangélistes itinérants. Les ambiances médiévales du Nom de la Rose et de l’oublié La Vallée perdue se feront le cadre de la barbarie des hommes, justifiée par le message divin. Enfin, le récent et oppressant Osama nous plongera dans l’horreur que fut le régime des talibans.

Bonne lecture, nous nous retrouverons pour le prochain Coin du cinéphile consacré au grand cinéaste japonais Masaki Kobayashi.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.

Où est la liberté?

Où est la liberté?

Tamasa distribue en digipack blu-ray/dvd la seule comédie néo-réaliste italienne signée Rossellini sortie en France en 1961 et peu vue depuis : “Où est la liberté ?”. Une curiosité au burlesque tragi-comique…