Select Page

Conflits et obscurantisme religieux au cinéma

Article écrit par

Parmi les meilleurs films de ce début 2010, « Agora » d’Alejandro Amenabar se penchait (parmi d´autres thèmes passionnants) sur le problème de l´obscurantisme religieux.

Par fanatisme ou calcul politique, la religion s’est avérée une source de tension constante à travers l’Histoire. Bien que plus éclairée, notre ère moderne a eu tout autant à souffrir de ces conflits et à l’intolérance des plus extrémistes des croyants, desservant l’image et les intentions de leur culte. Plus que jamais d’actualité, il était donc intéressant de se pencher sur ces films qui se sont risqués à aborder la question du religieux et de ses dérives, tout comme Agora d’Amenabar.

Pour ce Coin du cinéphile, l’humour corrosif des Monty Pythons fustigera la crédulité envers les faux prophètes dans La Vie de Brian, tout comme Elmer Gantry à travers la question des évangélistes itinérants. Les ambiances médiévales du Nom de la Rose et de l’oublié La Vallée perdue se feront le cadre de la barbarie des hommes, justifiée par le message divin. Enfin, le récent et oppressant Osama nous plongera dans l’horreur que fut le régime des talibans.

Bonne lecture, nous nous retrouverons pour le prochain Coin du cinéphile consacré au grand cinéaste japonais Masaki Kobayashi.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.