Select Page

Cocorico monsieur Poulet

Article écrit par

Loin d´être un simple ethnologue muni d´une caméra, Jean Rouch est certainement l´un des cinéastes français ayant le plus innové dans le domaine cinématographique par des formes inédites et vibrantes. Un véritable chercheur, donc, mais aussi et surtout un artiste humaniste dont l´insatiable curiosité nous manque aujourd´hui cruellement. La sortie en DVD de Cocorico ! […]

Loin d´être un simple ethnologue muni d´une caméra, Jean Rouch est certainement l´un des cinéastes français ayant le plus innové dans le domaine cinématographique par des formes inédites et vibrantes. Un véritable chercheur, donc, mais aussi et surtout un artiste humaniste dont l´insatiable curiosité nous manque aujourd´hui cruellement. La sortie en DVD de Cocorico ! Monsieur Poulet (février 2007) nous le rappelle avec bonheur.

Plus que des bonus, ce DVD nous propose en complément du long métrage Cocorico ! Monsieur Poulet réalisé en 1974 par l´entité tricéphale DALAROU (Damouré Zika, Lam Ibrahima Dia et Jean Rouch) deux précédents court métrages ethnologiques du cinéaste scientifique qui voua sa vie à l´Afrique noire : Batailles sur le grand fleuve et Cimetières dans la falaise. Détail notable, il est ici vivement conseillé d´aborder ce DVD dans le désordre, et de préférer suivre le fil chronologique des évènements, qui révèle l´évolution flagrante de cette oeuvre. Soit, en 1950, un court métrage commandé par le CNRS, dans lequel Jean Rouch part filmer un rituel propre à ce peuple qu´il connaît bien : les Dogons. Dans cette Bataille sur le fleuve, le cinéaste accompagne des pêcheurs en pleine chasse à l´hippopotame. Avec ses commentaires explicatifs en voix off et ses plans ne dépassant jamais 50 secondes (format des pellicules utilisées par le cinéaste et son assistant), le film a des allures de reportage académique. Pourtant, à travers la diversité des plans, la qualité des cadres et la grande beauté de ses images, le cinéaste perce déjà. Et, dans sa manière de filmer les individus à hauteur d´homme, ce regard empathique nous invite déjà à partager et de comprendre une aventure humaine bien éloignée de nous.

Avec Cimetières dans la falaise, réalisé un an plus tard, Jean Rouch fait la découverte d´une cérémonie funéraire inconnue alors des occidentaux, et doit la suivre sans préparation, pris dans le rythme de cet évènement. Hormis l´incroyable importance historique et scientifique de ces images, Rouch signe ici un quasi poème visuel, composé de plans sublimes où le mystère et l´étrangeté de << l´autre >> sont transcendés par une vision humaniste sans pareille. Des pleureuses aux sorcières, en passant par les pêcheurs ou les vendeurs de poulet, il y a dans l´Afrique telle qu´il la filme une tension entre le mythologique et le document-témoignage. Une tentation aussi, de plus en plus forte, d´inventer des images pour relater de ces expériences vécues, une volonté donc de mise en scène.

Réalisé en 1974, Cocorico ! Monsieur Poulet est une fiction, à la façon dont Jean Rouch l´a inventée pour filmer ses amis : une trame de départ sur laquelle le réel, fait d´improvisation et de hasard, vient tout remettre en question. Ici, M. Poulet, le vendeur de poulets, et ses deux amis, tentent de parcourir le pays pour trouver puis vendre l´animal. Mais, en parti à cause de leur voiture, tout se déroule de travers. Le road movie vu depuis l´Afrique noire n´est fondamentalement pas différent de l´Américain : l´aventure humaine des rencontres et le paysage comme toile psychologique sont bien présents, mais exemptés de tout pathos sociologique. C´est l´humour, et souvent l´hilarité, qui dominent ici. Rien ne marche, et pourtant rien ne peut empêcher cette équipée sauvage là de se moquer d´elle-même, Rouch étant un peu la 5ème roue de carrosse brinquebalant. Avec ses petits moyens, il invente un cinéma qu´on ne nommera pas vérité, mais au contraire, épris passionnément de fiction, et de ce pouvoir magique que leur offre la caméra : s´inventer un monde où ses amis et acteurs sont les héros. Ce que le monde refuse à l´Afrique, Jean Rouch lui a offert en toute modestie.

Enfin, il est aussi vivement conseillé d´écouter les commentaires du cinéaste sur ses films. Avec sa voix douce et bien articulée, sa présence éclairante dans ces brefs extraits d´entretiens nous laissent percevoir l´immense générosité d´un homme mu par son sincère amour pour l´Afrique noire et qui, pour lui rendre un juste hommage et mieux la comprendre, passera sa vie sur les routes poussiéreuses, en quête de rencontres et de regards neufs. Une éthique de vie extra-ordinaire qui explique un peu la grande perméabilité de ses méthodes de travail au contexte africain, d´où ses inventions narratives inouïes, souvent drôles, toujours vitales.

Titre original : Cocorico monsieur Poulet

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.