Clermont-Ferrand : Jour 3

Article écrit par

Cinq témoignages animés.

Une petite fille court à travers la forêt, le déluge gagne les arbres, le courant emporte la gamine. Une barque de cinq autres enfants la repêche. À tour de rôle, ils nous conduisent, par leur témoignage, par l’image, par la relation avec leur père. Tous des monstres. Deux loups, un soldat napoléonien au nez crochu, un père translucide, abominable masse humanoïde, un père invisible.

Father (1) délimite, avec l’animation, cinq espaces mentaux, subjectifs, témoignant de cinq histoires, deux fils, trois filles, cinq pères. Pour chaque monde, une particularité graphique. De différenciations en ressemblances, les témoignages se mêlent, se détachent. Nous ne sommes pas face à une union bébête de toutes ces relations père/enfants, Father reconnaît l’individualité de chacun, sans s’éparpiller dans cinq directions différentes.

Nous avons les pères décadents. Un chasseur, le loup, apprend à son fils à reconnaître les animaux. Il termine humain, alcoolique. La fille du loup bleu admire son père, géant, doux, aimant, aimé. Il meurt en prison, seul. Nous avons les pères monstres. Le nez crochu ment, mange, le translucide emprisonne sa fille et boit. Nous avons le père sans corps. naviguant dans l’espace, caché par un paquebot, loin de sa fille.

Raconté, tout cela peut sembler niais, simplet. C’est tout simplement parce que Father ne s’écrit pas, les mots font mentir ses personnages et ses décors chargés de symboles. Father se voit et s’écoute. Seul regret, la barque qui ouvre et clôt le film. On comprend immédiatement la métaphore peu subtile, "tous dans la même barque", l’union fait la force, nous portons tous en nous une histoire semblable. De Father, nous ne devrions retenir que le cœur du film, ses cinq lettres au père, jamais envoyées, jamais reçues.

(1) Ivan Bogdanov, Moritz Mayerhofer, Asparuh Petrov, Veljko Popovic, Rositsa Raleva, Dmitry Yagodin – 2012.

Clermont-Ferrand : Jour 2


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.