Select Page

Arrête de pleurer Pénélope

Article écrit par

Une pièce de théâtre culte ne fait pas forcément un bon film…

Décidément le théâtre a la cote au cinéma ! Après Le Prénom, adapté de la pièce à succès éponyme, c’est l’autre phénomène théâtral de ces dernières années, Arrête de pleurer Pénélope, qui est repris et adapté sur grand écran. À une différence près, le premier est la retranscription fidèle de la pièce au cinéma, alors que la seconde est une suite imaginée spécialement pour le septième art.
En effet, à l’origine, Arrête de pleurer Pénélope, c’est une pièce follement drôle mettant en scène trois copines se racontant, entre humour et émotion, leurs déboires sentimentaux. Une suite et près de deux millions de spectateurs plus tard, Juliette Arnaud et Corinne Puget (deux des interprètes) décident de transposer leurs personnages au cinéma… Mais, au lieu de choisir la facilité, elles optent d’expédier leurs personnages dans un monde encore inconnu des férus de la pièce…

Le résultat ? Pas très convaincant. Si certains défauts du Prénom étaient dus à son adaptation trop théâtrale, ceux que comportent Arrête de pleurer Pénélope sont tout autres, dont justement celui de vouloir absolument faire du cinéma en évitant à tout prix l’écueil du huis clos théâtral. Est-ce un mal pour un bien ? La réponse est non. D’abord parce que les trois personnages féminins principaux, complètement névrosés et emplis de clichés fonctionnent mieux dans la pièce que sur grand écran. En effet, la bombasse vénale, la rêveuse limite attardée, l’hyperactive parlant comme un camionneur sont des caractères trop caricaturaux pour pouvoir fonctionner correctement au cinéma et on tombe très rapidement dans le vaudeville bas de gamme. 

Ensuite, à cause d’un scénario qui manque de rebondissements intéressants, de répliques qui sonnent fausses, de gags qui tombent à plat et d’un manque de rythme présent dès les premières minutes du film… On sent d’un bout à l’autre l’inexpérience au cinéma des deux réalisatrices-scénaristes-interprètes de ce film. Certes, certaines blagues dessineront un sourire sur les lèvres de quelques spectateurs, d’autant plus que le second rôle interprété par Jacques Weber donne un peu de relief à ce film. Mais, à force de vouloir rire avec tout, de mixer toutes sortes d’humour et de mélanger les genres (comédie, drame et même fantastique… trop pour une seule œuvre) afin de plaire au plus grand nombre… on s’y perd. Le tout dégage un film assez attachant, grâce justement à l’énergie et à l’inexpérience des deux réalisatrices, mais sa valeur cinématographique reste proche de zéro.
 

Titre original : Arrête de pleurer Pénélope

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 84 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…