Select Page

Annabelle

Article écrit par

Une vraie horreur.

Mia et John sont heureux. Ils sont blonds, ils sont beaux et quand ils se lèvent des bancs de leur église, leurs vêtements ne sont même pas froissés. Lui est sur le point de devenir un brillant généraliste, elle va bientôt être maman et ils choisissent le nom du bébé en riant à la vie. Le bonheur Blédina jusqu’à ce qu’une nuit, deux membres d’une secte satanique s’infiltrent chez eux pour les agresser sauvagement. L’homme est abattu par la police tandis que sa compagne a l’idée assez logique de se suicider dans la chambre de l’enfant à naître, la poupée la plus moche du monde dans les bras. C’est là que les ennuis commencent. En fait c’est là que l’ennui commence.
 
 
Le (aux trois quarts) réussi Conjuring (James Wan, 2013) distillait une angoisse supplémentaire, celle des spin off en rafale ; si chaque objet stocké dans la cave des Warren avait droit à son propre film, l’année cinématographique oscillerait entre super héros et objet super possédé. Warren, les dossiers Marvel et vice et versa. Il n’empêche que l’annonce de la sortie d’Annabelle procurait aux amateurs du genre un certain frisson d’excitation. Chouette ! Une nouvelle poupée maléfique qui trucide ses propriétaires après les avoir traumatisés à base d’yeux qui clignent, de déplacements intempestifs et de rires de castrat. La chute est haute. Et longue. C’est un plantage total, des débuts apathiques à la fin stupide et moralisatrice.

Annabelle est un concentré de tout ce qui peut pourrir un film de genre. Voilà encore des personnages de film d’horreur qui n’ont jamais vu un seul film d’horreur de leur vie, et qui mettent trois mois à comprendre qu’il y a peut-être un problème au moment où ils voient le diable traîner dans les parties communes. Pareil pour la poupée. Chucky avait vraiment une tête de Brave Gars à son arrivée chez Andy, mais quelle personne normalement constituée offrirait une poupée aussi laide à sa femme ? « Oh merci chéri, j’en rêvais ». Très bien, les femmes enceintes ont vraiment de drôles d’envies. Si encore c’était la seule chose incohérente, cela passerait peut-être. Malheureusement, des personnages, des liens de cause à effet, et même la logique sont tombés dans des trous noirs scénaristiques qui menacent d’aspirer le film dans son intégralité. A commencer par son héroïne, la poupée, condamnée à faire de la figuration si bien qu’on oublie que c’est elle que l’on venait voir. On ne sait même plus à quoi elle sert, ni pourquoi elle est là, ni comment elle avait réussi à nous terrifier dans Conjuring.
 

 
Après avoir bien ri devant les innombrables absurdités, l’ennui s’installe puisque tout est prévisible ; le spectateur a au moins dix minutes d’avance sur les personnages. Quand ils ont peur, on dort déjà. « Oh la machine à coudre, ouh la gazinière, ah la télévision ! », il y en a marre de ces gros plans sur des objets prétextes dont on devine qu’ils vont fonctionner tout seul. Tout est surligné quinze fois, la surprise et la peur sont ensevelies sous une avalanche d’inserts, épaulés par les jump scare et une musique assourdissante (sûrement inspirée du bruit de la mouche coincée dans un bocal) qui mettent en lumière l’absence totale d’idées de mise en scène et la désertion de l’inventivité. Rires d’enfants, apparition en robe blanche, voisine qui a souffert donc qui sait plein de choses, prêtre sympa et hyper concerné, aucun cliché ne nous est épargné. Un air de déjà trop vu, qui frise le ridicule quand Leonetti invoque l’esprit de Polanski et de son Rosemary’s Baby (Roman Polanski, 1968).

Alors, à la fin de la projection, une idée nous vient. Mais bien sûr, confier la réalisation d’Annabelle à celui qui a réalisé Mortal Kombat (1995) ne peut être que le résultat d’un pari perdu ! Sinon cela voudrait dire que ce film ne serait qu’un vulgaire objet commercial, tourné et monté en deux semaines, pour vendre des produits dérivés et se faire un maximum d’argent ? Pas possible…

Titre original : Annabelle

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Tu mérites un amour

Tu mérites un amour

Passée par l’école Kechiche, essayant d’en adopter les méthodes, Hafsia Herzi ne parvient pas à rendre sa parole claire ni intelligible. Un film sur la vie, l’amour, la haine, qui manque de singularité, d’intérêt, de poésie, de cinéma.

Détour

Détour

L’univers du film noir est rugueux comme un joyau dépoli. « Détour » est un noir expérimental à réévaluer. Comme son anti-héros la souffrance, cette série « B » distille la sueur et les contraintes majuscules de la production qui en font l’un des fleurons incontournables du genre. Viscéral en version restaurée 4K.