Select Page

33ème édition du Festival Premiers Plans

Article écrit par

La 33ème édition du festival Premiers Plans, se déroule du 25 au 31 janvier 2021, tout en numérique!

Alors que les salles restent désespérément vides tandis que les grandes surfaces accueillent les soldes d’hiver et leur foule, la résistance s’organise. Loin d’être inconséquent le cinéma trouve plutôt des combines, des moyens, parlons même de débrouille. Et si les rassemblements physiques sont certes interdits, cette année encore Premiers Plans à trouvé le moyen d’exister. Comme d’autres il est passé au tout numérique. Pas de réception, de rencontre, ni de remise de prix en public. La trente-troisième édition du festival angevin restera marquée au fer rouge. Alors qu’Angers profite chaque fin janvier de l’animation qui règne, que se croisent spectateurs et spectatrices de tous les univers, c’est pour une semaine que tou.te.s espèrent non reconductible que tout se fera via internet. Mais la culture n’a pas besoin de grand chose pour exister, elle fleurit partout, des appartements bourgeois parisiens aux halls d’immeubles des quartiers nord. Avec la culture tout le monde a une place, a sa place. Et quoi de plus significatif en ces temps incertains, que de suivre les cinéastes de demain ?

❝ Tant qu’il y aura des gens pour créer : nous continuerons de rêver. ❞ 

Vous retrouverez au fil de cette semaine un suivi de la compétition principale du festival : Longs Métrages Européens.

Chaque jour apparaîtra, sous forme d’une critique concise, un ou plusieurs des neufs films en compétition  :

 

Palmarès pour la catégorie Longs Métrages Européens :

  • Le Grand Prix du Jury est attribué à Ibrahim (indisponible à la presse), du réalisateur Samir Guesmi.
  • Le Grand Prix du Jury Diagonales est attribué à Petit Samedi, de la réalisatrice Paloma Sermon-Daï.
  • Mention spéciale du Jury pour le film The earth is blue as an orange, de la réalisatrice Iryna Tsilyk.

Année :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.