15 ans et demi

Article écrit par

Thomas Sorriaux et François Desagnat, réalisateurs de La Beuze et Les 11 commandements, reviennent dans les salles obscures avec comme bagage une comédie sentimentalo-comique sur l´adolescence. Alors, âge ingrat ou âge tendre ?

15 ans et demi est un film sans grande prétention sur les affres de l’adolescence, mais aussi sur celles de la parentalité. Après presque 15 ans d’absence, Philippe Le Tallec, scientifique de renom, revient en France quelques mois afin de s’occuper de sa petite fille Eglantine, plus si petite que ça. En effet, Eglantine a déjà 15 ans, que dis-je, 15 ans et demi. Elle parle en verlan, se teint les cheveux, tchate sur le net, a un piercing au nombril et se rend dans aux rave…Bref, une véritable angoisse pour son père qui se retrouve rapidement en conflit avec sa fifille chérie.

Le scénario tient en quelques lignes. Les rebondissements sont des plus attendus et la fin perceptible dès les premières minutes du film. Le récit s’appuie sur ce problème de communication qui oppose nécessairement la caste adulte et la caste ado. Cette difficulté universelle est ici, malheureusement, réduite à de très et trop nombreux clichés. Les gags, eux aussi trop nombreux, font rarement rire. L’apparition d’Albert Einstein en copain imaginaire du papa Daniel Auteuil interprété par François Berléand est absolument absurde. Il n’y a guère qu’Alain Chabat en junkie punk qui fasse sourire.

Daniel Auteuil en papa surprotecteur, inventant les plus fous stratagèmes afin d’éloigner les garçons de sa fille, est crédible. Il incarne bien ce père près à tout pour sauver sa fille mais aussi pour créer à nouveau un lien entre elle et lui (il va même jusqu’à participer à un stage de rééducation pour pères en difficulté). La jeune Juliette Lamboley donne également vie et force à son personnage d’Eglantine. Le duo Auteuil/Lamboley fonctionne bien mais ne suffit malencontreusement pas à porter le film.

15 ans et demi reste une comédie finalement ni vraiment drôle ni vraiment touchante. L’adolescence est pourtant un thème porteur, et très souvent bien abordé. Mais ce ne sera pas le cas dans ce film.

Titre original : 15 ans et demi

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.