Select Page

X-Men Origins : Wolverine

Article écrit par

Près de trois ans après le dernier volet de la trilogie, les X-MEN reviennent au cinéma dans un nouveau film époustouflant. X-MEN Origins: Wolverine nous plonge dans l’histoire du plus puissant des X-Men. Les grandes questions sur Logan, son histoire, son pouvoir, trouvent enfin des réponses.

Avec ce film, le public retrouve Hugh Jackman dans le rôle qui l’a révélé au public international. Suant l’animalité et la virilité, il n’ a aucun mal à convaincre dans son interprétation du fauve Wolverine. Alors si vous vous demandez comment on fait pour réaliser un film de presque deux heures autour d’un seul personnage, le réalisateur Gavin Hood a assurément trouvé la réponse. Alors que les précédents volets s’apparentaient d’avantage au film choral, ce « spin off » se focalise sur un seul mutant. Mais que les fans se rassurent, nombre d’entre eux seront également de la partie! On fait enfin la connaissance de Gambit, qui aurait dû se trouver dans le second et le troisième volet, mais c’est aussi la première apparition de Deadpool ou encore de Blob.

Même si la majeure partie de son histoire se déroule dans les année 70, l’aventure de Wolverine dure depuis 150 ans. La mise en scène rend bien compte de cet étalement dans le temps sans pour autant tomber dans les pièges de la longueur. De bout en bout, Gavin Hood nous tient en haleine et parvient à donner un rythme et une dynamique constante.
Les effets spéciaux sont sans hésitation le point fort de ce nouveau volet. Avec un budget de près de 150 millions de dollars, le réalisateur s’est sans conteste donner les moyens de nous en mettre plein la vue. Du début à la fin du film, les scènes s’enchainent sans décevoir. Mais rien d’excessif, il ne faut pas oublier que l’histoire concerne des mutants dotés de super pouvoir, ce qui élargit la frontière du vraisemblable et ouvre un terrain de jeu incroyable à Gavin Hood.

Une fois de plus X-MEN aborde la lutte du bien contre le mal, et plus intimement la lutte intérieure à laquelle est livré Logan: « You’re not an animal » Impossible de manquer ce déchirant dilemme, évoqué à plusieurs reprises dans le film, qui ferait presque basculer le tout dans le cliché. Mais heureusement Gavin Hood a vite fait de se reprendre.

Ce dernier volet est indiscutablement un film à grand spectacle. La comparaison avec les trois films précédents n’a pas lieu d’être. Mêlant à la fois romance, action, humour et drame, X-MEN Origins: Wolverine dépasse la trilogie sur bien des plans. Certes c’est encore une fois une bataille de mutants mais le feu d’artifice qui est ici offert est le premier du genre. Les personnages gagnent en crédibilité et en ambiguïté et le résultat est vraiment convaincant. Gavin Hood a réussi une mise en scène spectaculaire et un scénario intelligent qui tient vraiment la route. L’attente n’aura pas été vaine et ce volet devrait ravir un large public, qu’il soit déjà fan ou non.

Titre original : X-Men Origins : Wolverine

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.