Select Page

Les 3 p’tits cochons

Article écrit par

Un conte pour grandes personnes assez sympathique, à base de << tabernacle >>, d´humour potache, de testostérone et d´histoires de fesses.

Comme le titre le laissait présager, l’humour de cette comédie signée Patrick Huard n’a pas la subtilité d’un Déclin de l’empire américain de Denys Arcand. Pour faire bref, l’histoire du film consiste à montrer quel sera le cochon qui verra sa maison soufflée à la fin. Passons la faute de goût du titre, ce premier long métrage s’avère être une comédie un peu lourdingue, mais plaisante dans l’ensemble.

Les "p’tits cochons" en question, Mathieu, Christian et Rémi, sont frères, et les visites quotidiennes au chevet de leur mère à l’hôpital sont l’occasion d’évoquer leurs fantasmes et autres saturnales. Au cœur des débats : l’infidélité, sujet – ô combien lessivé – qui divise dès le début, en délimitant nettement les rôles de chacun : Rémi, le moralisateur, la droiture faite homme ; Christian l’éternel adolescent, obsédé sexuel et grand consommateur de sopalin, qui frétille de l’oreille dès qu’on parle de sexe, et enfin Mathieu, le casé qui découche, étriqué dans sa trop petite vie. Mais ce sont évidemment ceux qui en parlent le moins, qui en font le plus, comme c’est original…

De manière unilatérale, les hommes parlent du sexe opposé, mais pas l’inverse. Et heureusement pour le film, le grand méchant loup, ce ne sont pas les femmes, mais le désir, l’irrépressible envie d’aller voir ailleurs. La frontière entre les genres s’avère d’ailleurs être assez floue. Tout le monde en prend pour son grade. Les hommes sont montrés dans toute leur mesquinerie – bien que mariés à des femmes estimables, ils sont irrémédiablement attirés par « l’infâme », cherchez Freud là-dessous et vous le trouverez ! – et les femmes, au choix, sont soit complètement vampiriques, soit totalement frigides (une seule échappe à cette dichotomie, mais c’est un personnage trop mineur pour nuancer le discours). Bref, le film ne brille pas par la finesse ou la complexité des caractères de ses protagonistes.

Même si les situations ne sont pas toujours originales, les dialogues sont souvent drôles, jamais grossiers, et l’humour « tabernacle » est très rafraîchissant pour l’oreille française. Non seulement l’accent québécois et les mimiques des – très bons – acteurs font rire, mais les répliques elles-mêmes, particulièrement imagées, sont assez cocasses, voire cultes ("il a du front tout le tour de la tête" comprenez : "il ne manque pas d’air, il est culotté"). Le comique va ici crescendo, les flagrants délits d’infidélité s’enchaînent jusqu’à un énième rebondissement, malheureusement de trop, qui entache et fait traîner la fin d’une comédie qui n’était pas si mal jusque là.

Quant au travail de Patrick Huard, saluons les petites astuces de réalisation et de mise en scène qui dynamisent l’ensemble : la même scène vue de points de vue différents, les jeux de regard, le dialogue imaginaire avec la mère comateuse, le mot "salaud" écrit à l’encre indélébile sur le front de Mathieu l’adultérin, ou la mémorable chorégraphie post coitum de Christian façon "Flashdance" après la pluie.

Titre original : Les 3 p'tits cochons

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 124 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…