Select Page

Le Pirate (1973, Da hai dao)

Article écrit par

Plans larges – un peu de côté ou gros plans éclaboussés, éclairage naturel très ensoleillé et couleurs chatoyo-mordantes. Nous sommes dans un film hong-kongais des années 70, dans le pur style des productions à la chaîne des Shaw Brothers : quarante films produits à l’année, à cette grande époque, soit un peu plus d’une semaine […]

Plans larges – un peu de côté ou gros plans éclaboussés, éclairage naturel très ensoleillé et couleurs chatoyo-mordantes. Nous sommes dans un film hong-kongais des années 70, dans le pur style des productions à la chaîne des Shaw Brothers : quarante films produits à l’année, à cette grande époque, soit un peu plus d’une semaine pour emboîter une production. Dans ce contexte, allons-y franchement !

Chang (Ti Lung) est un pirate des mers, une sorte de Robin des Bois contemporain qui pille les riches pour donner aux pauvres. Il est insolent, fier, un peu méchant mais surtout acrobate et maîtrise parfaitement l’art du kung-fu. Et il a de l’humour qui vire même à la philosophie : « un bateau c’est plus important que la vie ». Pourtant il va devoir affronter le Gouvernement, une femme à poigne et un homme de Loi, le général Hu (David Chiang), juste mais chargé de le faire enfermer en prison.

Le film est bourré d’actions et de scènes cocasses. Les combats s’enchaînent un peu partout : sur un bateau, dans des maisons et pour finir à la plage. Il y a pratiquement que des rôles masculins à part le rôle de la chef de gang, chargée elle aussi de stopper Le Pirate. Elle tient la dragée haute à ses partenaires : même si elle fait autant de grimaces qu’eux, elle est plus convaincante.

Le plus impressionnant dans ce jeu de force est sans contexte Double-sabre (Fan Mai-Sheng). Au début du film il sort de prison puis va dans une auberge et croque à pleine dents dans un os tout en donnant ses ordres : il a rejoint ses compagnons… il fait des choix de jeu énormes pour convaincre, mais on y croit car contrairement aux autres acteurs, il ne caricature pas son personnage.

Le Pirate est donc un bon film de divertissement qui rassasie tous les estomacs, petits et grands. Par contre ne nous attendons pas à une réalisation époustouflante. Un non professionnel pourrait faire mieux avec une caméra 8 mm… « Ce qui est dit est dit », paroles de Chang Pao-Chai.

Titre original : Da hai dao

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 83 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.