Select Page

La Révolution française au cinéma

Article écrit par

Le Coin du cinéphile se penche sur une époque tumultueuse de l’Histoire française et des différents regards que le cinéma a pu en tirer.

Moment emblématique de l’Histoire française et mondiale, la Révolution française fascine la fiction par les différentes et intenses possibilités narratives qu’elle propose : le renouveau et la rage d’un peuple opprimé, la perte de repères et la solitude du souverain mis à mal ou encore les errements politiques et les abus de pouvoir des chantres du renouveau. La veine la plus romanesque peut ainsi céder à un portrait politique fouillé ou à l’évocation d’un épisode marquant de cette époque troublée, constituant ainsi une thématique de films aux tons très variés. Pour ce Coin du cinéphile, le faste hollywoodien se manifestera autant dans le flamboyant Marie-Antoinette (1938) de W.S. Van Dyke que dans le tumultueux Le Marquis de Saint-Évremont (1935) de Jack Conway, adapté de Charles Dickens. La veine européenne, plus contrastée, illustrera le doute agitant La Nuit de Varennes (1982) d’Ettore Scola et Danton (1982) d’Andrzej Wajda, portrait d’un pouvoir qui se dérobe ou dont on ne sait que faire. Enfin, le génialement anachronique Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola prolongera la réflexion de son auteur sur les jeunes filles solitaires et mélancoliques.

Bonne lecture et bonnes vacances avant le retour du Coin du cinéphile à la rentrée !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les Lézards

Les Lézards

Prolongement moderne des “petits veaux” (Vitelloni) de Federico Fellini, “i basilischi”, ces petits rois fainéants ou “lézards”, nous transportent dans l’Italie profonde du sud où le temps s’est suspendu comme le christ s’est arrêté à Eboli. Film-découverte.

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.