Select Page

La Révolution française au cinéma

Article écrit par

Le Coin du cinéphile se penche sur une époque tumultueuse de l’Histoire française et des différents regards que le cinéma a pu en tirer.

Moment emblématique de l’Histoire française et mondiale, la Révolution française fascine la fiction par les différentes et intenses possibilités narratives qu’elle propose : le renouveau et la rage d’un peuple opprimé, la perte de repères et la solitude du souverain mis à mal ou encore les errements politiques et les abus de pouvoir des chantres du renouveau. La veine la plus romanesque peut ainsi céder à un portrait politique fouillé ou à l’évocation d’un épisode marquant de cette époque troublée, constituant ainsi une thématique de films aux tons très variés. Pour ce Coin du cinéphile, le faste hollywoodien se manifestera autant dans le flamboyant Marie-Antoinette (1938) de W.S. Van Dyke que dans le tumultueux Le Marquis de Saint-Évremont (1935) de Jack Conway, adapté de Charles Dickens. La veine européenne, plus contrastée, illustrera le doute agitant La Nuit de Varennes (1982) d’Ettore Scola et Danton (1982) d’Andrzej Wajda, portrait d’un pouvoir qui se dérobe ou dont on ne sait que faire. Enfin, le génialement anachronique Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola prolongera la réflexion de son auteur sur les jeunes filles solitaires et mélancoliques.

Bonne lecture et bonnes vacances avant le retour du Coin du cinéphile à la rentrée !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.