Select Page

John Ford

Article écrit par

Bonjour à tous chers internautes ! Nous voici à l’aube d’une nouvelle génération de textes sur notre site. Le Coin du cinéphile ouvre ses portes aux cinéphiles de tout poil. Des simples amateurs de plans, de sons, d’éclairages et de récits, aux plus érudits !

La première Théma est consacrée à John Ford. Car de tous les grands cinéastes américains, il est celui dont l’influence est la plus considérable sans doute. John Ford est central dans l’Histoire du Cinéma. Afin de comprendre mieux, peut-être, les raisons d’une telle reconnaissance, nous avons choisi, bien que cela ne constitue pas un gage absolu de réussite artistique, de traiter ses œuvres récompensées par des Oscars (Les Raisins de la colère, L’Homme tranquille et Qu’elle était verte ma vallée). Aussi étonnant que cela puisse paraître, aucun des westerns de Ford ne fut, en revanche, consacré par l’académie des Oscars. Nous avons néanmoins choisi de rendre hommage à deux de ces derniers, devenus cultes : La Prisonnière du désert et son John Wayne phénoménal, et La Poursuite infernale, teinté de la vision de l’hédonisme par Fonda. Laissons-nous vivre avant de mourir !

L’humble objectif du Coin du Cinéphile est de partager notre vision du Cinéma avec vous, en toute modestie, en usant le plus possible de nos compétences analytiques, afin d’attiser votre curiosité et, dans le meilleur des cas, votre enthousiasme. Nous aimons écrire sur le Cinéma. Nous avons décidé de compléter notre passion par une recherche poussée sur les films que nous chroniquerons. Ouvrir à un échange, éduquer par le regard et le ressenti face aux films, grâce à des analyses de films limpides. Le débat sur les films s’engage entre vous et nous. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos réactions.

Bonne lecture, chers visiteurs…


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Palmarès Ciné 2020

Palmarès Ciné 2020

A l’aune d’une année 2020 très particulière, voici le palmarès cinématographique de notre rédaction – moins riche qu’à l’accoutumée, mais dans le contexte actuel il nous paraissait essentiel d’être au rendez-vous de ce bilan rituel.

L’Homme de Rio

L’Homme de Rio

La fantaisie de Philippe de Broca s'était exprimée sur ses premiers films dans une veine encore imprégnée de la Nouvelle Vague. Sans réellement s'inscrire dans le mouvement, sa manière de dynamiter la romance et le marivaudage classique (Les Jeux de l'Amour et Le...