Clip

Article écrit par

Un film fort et dérangeant sur l’hyperérotisation des ados, troublés par les sentiments mais lancés à corps perdus dans la vie sexuelle.

La réalisatrice serbe Maja Miloš attaque fort et s’engage avec son premier film, d’une justesse cinglante bien que choquante. Elle porte à l’écran une réalité qu’on préfèrerait parfois ne pas voir, pour conserver un peu de naïveté, quand les protagonistes ont perdu la leur. Rien à faire, Maja Miloš la balance en pleine face, impossible d’y échapper une fois le film débuté. La réalisatrice a ainsi poussé jusqu’au bout l’investigation dans un milieu d’adolescents hypersexués et hyperérotisés, troublés par les sentiments mais lancés à corps perdus dans la vie sexuelle, alors qu’ils sont à peine sortis de l’enfance. Par peur de s’exprimer, ces jeunes éprouvent ce que leur corps leur permet et foncent tête baissée – c’est souvent le cas de le dire – dans des expériences sexuelles banalisées et débridées, à la recherche de sensations fortes. Clip décrit via la réalité de certaines banlieues de Serbie une situation globale, retrouvée ailleurs dans le monde.

Maja Miloš s’attarde dans son film sur l’existence d’une de ces ados, Jasna, 16 ans. Jasna est en colère contre sa famille et son environnement, comme beaucoup d’autres à son âge. Incomprise, elle tente tout pour en sortir et pour s’en distinguer, restant peu chez elle où elle n’est guère retenue et s’affichant dans des vêtements qui ont désormais pour fonction de dévoiler la peau plus que de la couvrir. La réalisatrice installe ici une atmosphère où l’autorité sous toutes ses formes a déjà abdiqué et où les ambitions semblent dès cet âge vaines. Seuls les excès et la débauche bousculent un peu ce quotidien asphyxié. Mais malgré son exaspération et son ennui, Jasna a aussi un cœur qui s’impatiente, cherchant par tous les moyens à attirer le regard de Djole. Elle est prête à tout, quitte à suivre les étapes dans un ordre qui paraît illogique. C’est ainsi sur ces gestes, à rebours de l’amour, que la mise en scène insiste. Il semble plus facile à Jasna, d’après les modèles auxquels elle a accès, de s’approcher de Djole en lui faisant une fellation plutôt qu’en l’embrassant. Elle préfère ainsi dévoiler son corps avant ses sentiments. Leur relation est alors inévitablement chaotique, elle oscille entre intérêt et dédain, baigne dans la violence et rejette la tendresse. Jasna et Djole se réfugient dans des relations normées, imposées par les représentations qui les entourent.
 
 

 
 
Si Clip verse dans le tape-à-l’oeil, comme les fringues fluo de ces jeunes filles plus trop en fleurs, il ne se vautre pas dans un voyeurisme purement gratuit. Certaines scènes, nombreuses, révèlent ces adolescents dans des postures provocantes. Le film montre et ne fait pas que suggérer pour être politiquement correct. Il place le spectateur face à cette sexualité exacerbée à laquelle les ados sont eux aussi exposés et à laquelle ils font référence. Pornographiques, les images portées à l’écran sont aussi celles des jeunes. Beaucoup proviennent du téléphone portable que Jasna brandit sans cesse, pour filmer ses ébats comme les fêtes auxquelles elle assiste. Elle enregistre tout comme pour amplifier l’expérience, pour ne rien rater. Elle participe elle aussi de la production des images de cette sexualité déjà omniprésente. La notion de clip du titre n’est donc pas anodine. Les images et les vidéos circulent rapidement entre les mains des jeunes et eux-mêmes se filment pour s’imposer dans la danse. Du clip de musique, où les paroles et les chanteuses poussent au libertinage, au clip porno, la frontière est mince et ces adolescents la franchissent sans peine dans ce film.

Tout comme Kids de Larry Clark (1995), Maja Miloš ne prend donc pas de pincettes avec Clip pour lever le voile sur cette jeunesse. Ce qui fait la force de son film, c’est une direction d’acteurs superbe, avec ces jeunes comédiens débutants. La cinéaste parvient également à définir un cinéma libéré, très expressif. Elle exhibe un art ancré dans son époque et n’hésite pas à provoquer la polémique afin que son talent s’exprime sans retenue. Rien d’étonnant alors à ce que Clip se soit distingué dans les festivals, comme à Rotterdam où il a gagné le premier prix en 2012.

Titre original : Klip

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 102 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.