Select Page

Boy meets Girl

Article écrit par

Pour ce Coin du cinéphile, nous allons vérifier le célèbre adage d´Hitchcock.

Le Maître du suspense affirmait en effet que la base la plus simple et universelle de toutes les histoires reposait sur le schéma classique de la rencontre d’un homme et une femme. L’idée de se pencher sur les films qui s’attachent radicalement à ce principe était donc intéressante. Une fille rencontre un garçon, un garçon rencontre une fille, ils tombent amoureux. Ce postulat simple et tellement usité offre pourtant des milliers de perspectives esthétiques, thématiques et narratives. Multiples sont les façons d’illustrer les premiers regards, l’étincelle de l’instant fatidique où tout bascule, la passion dévorante de l’amour naissant.

Pour ce Coin du cinéphile, nous nous sommes tournés vers une poignée de films s’appliquant à retranscrire ce basculement de la rencontre, et plus précisément ceux qui usent de l’unité de temps et de lieu. Le choix était bien sûr immense et nous avons choisi d’équilibrer comme souvent entre pépites méconnues et classiques reconnus, tous très différents et liés par cette fougue des premiers instants. Picnic de Joshua Logan montrera l’union de deux âmes blessées qui doivent faire front face à l’oppressante société américaine des années 50. John and Mary de Peter Yates s’ornera des astuces ludiques du Nouvel Hollywood pour un bel exercice entre candeur et modernité de ton. Le diptyque de Richard Linklater Before Sunrise/Before Sunset mêlera exercice de style et vraie émotion tandis que les consacrés Chungking Express et Vacances romaines distilleront à nouveau spleen et ravissement de bonheur. Enfin, le magnifique Avanti montrera que les flèches de Cupidon ne visent pas que le coeur de la jeunesse avec un des plus beaux films de Billy Wilder.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré à Sydney Pollack !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…