Atelier Man Ray : « Unconcerned but not indifferent »

Article écrit par

Man Ray infiltre les murs de la Pinacothèque comme les visages infiltraient son objectif…

L’exposition Unconcerned but not indifferent (jusqu’au 1er juin 2008), consacrée à Man Ray, donne l’occasion de revenir sur le parcours de ce dernier et de découvrir certaines de ses œuvres assez peu connues.

Artiste admiré en France et peu reconnu aux Etats-Unis, Man Ray a vécu entre ici et là-bas, faisant le grand écart au-dessus de l’Atlantique.
L’exposition Atelier Man Ray « Unconcerned but not indifferent » se déroule de manière chronologique, revenant sur les quatre périodes de la vie de l’artiste. Les Premières Années New York 1890-1921. Paris 1921-1940. Los Angeles 1940-1951. Et de nouveau Paris 1951-1976.
Toutes les œuvres donnant vie aux murs blancs de la Pinacothèque de Paris sont issues de la collection du Man Ray Trust, très peu exposées auparavant. On peut y voir de nombreux dessins, peintures, photographies et objets divers ainsi que des œuvres peu connues réalisées dans sa jeunesse, des esquisses et des documents issus de sa vie privée.

Les œuvres présentes sont aussi bien des originaux que des répliques, reproduisant parfois ses œuvres ou bien les photographiant. Man Ray étant un fervent défenseur de la reproduction quasi industrielle des œuvres d’art, cela n’a donc rien d’étonnant: « Pour Man Ray, c’était l’idée à l’origine de l’œuvre d’art qui était importante, et non la présence physique de l’objet. Sa conception de l’œuvre d’art comme une idée dont on pouvait retenir le principe dans sa représentation photographique, et qu’on pouvait également reproduire sur une échelle industrielle, est une de ses plus grandes contributions à l’art du XXème siècle ».

Le nom de Man Ray évoque principalement la photographie pour laquelle il a effectué de nombreuses recherches et débusqué de nouveaux procédés : les épreuves réalisées avec de la gélatine déposée sur l’objectif, les portraits solarisés, les rayogrammes et d’autres expérimentations concernant la couleur et la photographie instantanée. La célèbre photographie Noire et Blanche en est le plus bel exemple. De nombreux portraits, réalisés pour la plupart en France, viennent aussi peupler la Pinacothèque. Erik Satie, Picabia, Cocteau, Hemingway, Kiki de Montparnasse, les surréalistes puis par la suite sa femme, Juliet Browner, et tant d’autres encore laisseront l’empreinte de leurs visages sur l’objectif du Maître.
Il ne faut tout de même pas oublier ses peintures (le célèbre Violon d’Ingres), lithographies, dessins à l’encre et nombreux objets (les différents jeux d’échecs magnétiques) qui font également partie de la vie de cet artiste au parcours où recoins et détours sont nombreux.
Une très belle expo en hommage au Man Ray Studio.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.