Wrong

Article écrit par

« Le dernier arrivé est fan de Quentin Dupieux ! »

C’est l’histoire d’un homme avec un prénom de chien (Dolph) qui a perdu son chien, qui lui a un nom d’homme (Paul). La routine rassurante du trentenaire célibataire s’écroule, l’inquiétude et l’incompréhension ronge la proprette banlieue américaine où se déroulent les faits.
Déjà une première scène dévoilait, outre un contexte typiquement américain, une faille, comme si un rouage du système était grippé, dans lequel filtrait une inquiétante étrangeté ; cette image de pompiers qui semblent ignorer qu’une voiture brûle à coté d’eux est définitivement « wrong ».

L’aspect comique du film, porté par la quête irraisonnée du chien, est imbriquée aux apparitions successives de personnages, galerie de gueules et de stéréotypes de cinéma tantôt décalés, voir totalement effrayants (Lynch si tu es là !). Le cinéma américain est là, on ne voit que lui : le film y est tourné en langue anglaise, avec un casting presque entièrement américain. Le genre, (avant le teen-movie High school pour Steak et le slasher/policier pour Rubber) est là également, celui des disparitions inexplicables familiales, possible bifurcation vers le drame social.
Le cinéaste crible son scénario d’absurde, hésitant comme toujours entre hommage atmosphérique au cinéma américain et véritable histoire. La trivialité de la situation de départ empêche un intérêt qui dépasserait celui de l’observateur amusé devant le spectacle de plans léchés et de musique électronique angoissante.

Il y avait dans Steak une énergie et une cruauté dans la caractérisation de personnages de freaks, un mélange interagissant entre amour du teen-movie et du potache à la française. L’assemblage et la mutation des genres avaient lieu alors, portant dans les thèmes travaillés (la déformation, la reconnaissance dans un groupe social construit) les marques mêmes de sa recherche thématique et cérémoniale.

Ici le système passe par la répétition, les légers décalages, même le rembobinage pour accoucher de la fin de l’intrigue, contenant un scénario à « chute » jusqu’à la dernière minute, dans une afféterie de suspense. Cette volonté de contrôle et de cohérence du cinéma de Quentin Dupieux n’est pas exempte de style, un style beige et banc cassé, un style composé d’hommes à chemises et moustaches, de symboles lourds, d’absurdité surfaite et de graphisme branché : jamais de respiration dans Wrong, pas le moindre souffle narratif ou encore l’ombre d’une émotion, spectatorielle en tous les cas, qui ne rachète une comédie figée, si sûre de son décalage qu’elle en devient automatique.

Titre original : Wrong

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 94 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).