Select Page

Trésor

Article écrit par

Excellent sujet de comédie : une auto-fiction assumée autour de la vie de Claude Berri, écrite et produite par lui. Mais le film, flottant, atone, ne parvient pas à trouver son rythme, comme « saisi » à jamais par son décès au début du tournage.

Passées les images guillerettes, alertes, du générique, avec ses personnages à vélo dans un Paris dominical et bobo, on sait, on sent que Trésor va avoir du mal à tenir la distance. La côte à franchir, de fait, était pentue. Voire insurmontable. Écrit, produit, préparé par Claude Berri, l’ultime opus du dernier « tycoon » du cinéma français a été essentiellement réalisé par un autre – François Dupeyron – du fait du décès de Berri quatre jours après le début du tournage.

Certes, on peut penser qu’un homme aussi minutieux et bien entouré, même diminué par la maladie, avait forcément briefé son équipe en amont. Et l’on ne doute pas un instant du respect et de l’amour de chacun ayant conduit à faire exister ce film malgré tout. Malgré tout. Mais justement, Trésor, qui à la base est une comédie aux enjeux « sociétaux » plutôt féroces, est comme éteint par la tristesse douce qui, forcément, l’enveloppe. Par cette lenteur encore abasourdie qui marque le début d’un deuil.

Flottement, gentillesse, jeu en demi-teintes : alors que le rythme de la comédie réclame abattage et pétulance, celle-ci semble empruntée. Outrée quand il faudrait être légère, lisse quand il faudrait être mordante. À contretemps. Égarée. Mécanique. Le sujet – qui reste un bon sujet – méritait davantage d’incorrection, de transgression, d’impertinence. Jamais l’histoire de ce chien, qui devient l’enfant de substitution d’une bourgeoise fusionnelle, tyrannisant son couple jusque sur le divan d’un psy, jamais l’histoire ne parvient à s’extraire de cette amabilité tempérée. Figée dans l’hommage, la bienséance digne. Ainsi, le personnage de Nathalie – la « maman à son chien-chien » – est-il joué banalement par Mathilde Seigner, alors que, guettée par une vraie folie, on attend désespérément d’elle un pétage de plomb, une crise d’hystérie salvatrice, dans la grande tradition des comédies américaines sur le couple (ses névroses, ses affres, ses mensonges, ses capitulations irrésistibles).

Bien sûr, puisque l’on sait Claude Berri autobiographe assumé, ayant toujours nourri ses films de sa propre existence – du Vieil homme et l’enfant à L’un reste, l’autre part – on devine l’embarras à jouer et reproduire sans lui et l’acuité parfois brutale de son regard, les scènes de sa vie conjugale. De fait, Trésor, en vrai, se prénomme Georges et Nathalie serait donc Nathalie Rheims,  dernière compagne de Berri et productrice associée du film. Pas simple, ni pour les comédiens (Alain Chabat est comme en retrait, mais cela sert son rôle), ni pour le réalisateur (en quoi, au fond, est-ce un film « de Dupeyron » ? Mystère…).

Presque trop neutre, ce Trésor mal nommé ? Pas si sûr… Alors qu’à l’origine Claude Berri voulait faire rire en épinglant nos manques (d’enfant, d’amour), c’est son absence, en creux, qui finit par être le trait saillant – mais désolé – de la dernière petite pièce de son grand puzzle. Tchao…

Titre original : Trésor

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 85 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.