Select Page

Thérapie de couples

Article écrit par

Poussif, pas drôle, limite puant idéologiquement, « Thérapie de Couples » est loin de l´escapade exotique et drolatique promise. Comme quoi, il n´y a pas que les comédies françaises qui peuvent prétendre au titre de <>.

Quatre couples d’Américains moyens partent se ressourcer sur une île exotique, sans trop se douter que celui qui les a embarqués dans cette aventure a en réalité souscrit à une semaine de « thérapie de couples ». Venus se la couler douce, les vacanciers vont devoir apprendre à faire revivre leur amour, et à résister aux fatales tentations qui se trouvent sur l’île…

Autant être clair, il n’y a pas de raison particulière d’être clément avec ce Thérapie de couples. Pas que la perspective d’aller observer un coin de ciel bleu en ce triste hiver soit totalement inconcevable, mais le film de Peter Billingsley se paie le luxe d’être vraiment épouvantable à tous les niveaux. Les dialogues sont atroces, chaque séquence s’étire en longueur au mépris de toute logique de montage (alors que c’est la clé d’une comédie réussie), et la fameuse île de toutes les tentations se résume à deux ou trois décors de studios à peine dignes d’une sitcom familiale, impression renforcée par la photographie télévisuelle enlevant toute grandeur possible à un produit dépourvu de toute âme.

On est d’autant plus enragé à la vision de cette comédie pas drôle, qu’elle se permet d’employer un nombre conséquent d’acteurs charismatiques. Figure de proue du casting, ce grand échalas de Vince Vaughn persiste dans son personnage de mec cool et pépère, fan de jeux vidéo comme dans La Rupture (l’occasion d’une séquence « battle de Guitar Hero » gênante de nullité), grand sentimental maladroit comme dans Serial Noceurs… Plaisant, mais déjà-vu, tout comme son duo rôdé avec Jon Favreau, venu se détendre entre deux Iron Man, et qui nous rappelle l’époque autrement plus imaginative de Swingers.

   

Casting en or… pour gags gênants

Le reste de la distribution est composé de visages, connus des amateurs de séries, qui ont eux aussi payé leur billet pour un tournage à la cool, et qui en conséquence, ne se foulent pas pour nous faire rire : Kirsten Bell (alias Veronica Mars), Jason Bateman (Arrested Development), ou encore Kristin Davis (Sex and the city) et Malin Akerman (The Come-back, mais aussi et surtout Watchmen) se bousculent sur le sable, le temps de quelques gags téléphonés – ah, le massage pour quadragénaires en rut ! – et d’un suspense interminable relatif au voyage de l’île réservée aux couples… à l’île réservée aux célibataires. Mais où vont-ils chercher tout ça ?

Le fin du fin, le coup de massue ultime réservé aux spectateurs téméraires pas découragés par tant de banalité mal filmée (on vous a dit que Jean Réno jouait un grand sage de l’amour filmé en contre-jour ?), reste malgré tout la conclusion de l’histoire, qui nous offre une bonne dose de morale puritaine et conservatrice : ouvrez grand les balises spoilers, tous ces petits couples en péril finiront malgré leurs ennuis et leurs infidélités…par tous rester ensemble. A la maison. Bien au chaud. Devant une comédie française, sans doute ?


Titre original : Thérapie de couples

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 107 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Tu mérites un amour

Tu mérites un amour

Passée par l’école Kechiche, essayant d’en adopter les méthodes, Hafsia Herzi ne parvient pas à rendre sa parole claire ni intelligible. Un film sur la vie, l’amour, la haine, qui manque de singularité, d’intérêt, de poésie, de cinéma.