Select Page

Shahada

Article écrit par

Film choral par excellence, « Shahada » milite pour une ouverture sur le monde islamique. Dans la lignée des films sur l´ouverture des frontières et des cultures, le film laisse un goût de déjà-vu et d´inachevé.

On ne pouvait pas offrir meilleur décor que Berlin, capitale moderne de l’art et de la nuit, pour ce film sur l’intégration. Shahada trace le parcours de trois jeunes Musulmans qui essaient de concilier la religion et le mode de vie capitaliste moderne. Burhan Qurbani dépeint trois vies apparemment différentes qu’une chose rapproche : l’Islam.

Maryam, fille de l’imam du quartier, attisée par le bonheur nocturne de l’Occident et ses travers, voit sa vie bouleversée par un avortement. Ismaël, officier de police qui a perdu la foi depuis une dramatique bavure, quitte sa famille pour une clandestine. Et enfin Sammi, jeune Africain pratiquant voit sa vie troublée par l’arrivée de nouveaux désirs pour Daniel. À travers ces trois portraits, Qurbani fait le constat de l’intégration musulmane en Allemagne, de l’importance de la religion, mais aussi de la survie dans un univers pas toujours docile.

Derrière ce film choral, il y a toute une référence au Babel de Iñárritu, les stars et la mondialisation en moins. Mais ici, c’est tout un microcosme qui éclot sous l’œil du réalisateur, avec ses avantages et ses inconvénients. Car même s’il parvient à s’accaparer une certaine vision de l’islam, le film s’engouffre peu à peu dans une métaphysique extrémiste. Maryam, après l’avortement, devient la plus fervente pratiquante de la mosquée, allant jusqu’à proférer des paroles plus dures que celles de son père et à avoir des hallucinations religieuses. Ismaël, après avoir trompé sa femme, revient dans le domicile conjugal, le retour de la croyance appelant chez lui un retour aux origines. Quant à Sammi, que sa mère accuse d’homosexualité, il parvient à se pardonner et se comprendre grâce aux paroles de l’imam.

Dans le Coran, la Shahada est le passage qui explique la compréhension et le pardon de Dieu. Dans le film, ce n’est pas tant le pardon d’un être supérieur que cherchent les protagonistes, mais leur propre pardon. Celui que l’on s’accorde à soi-même, après avoir mal agi. Berlin est la ville parfaite pour raconter cette histoire, cherchant elle-même depuis la Seconde Guerre mondiale, à travers sa perpétuelle reconstruction, un pardon aussi bien culturel, politique, que religieux. On regrette d’ailleurs le manque d’exploitation de ce décor si grisâtre, qui résume à lui seul le sentiment de tous les personnages. La ville paraît oubliée, écran de fumée que l’on parvient à peine à discerner, si bien que située à Berlin ou ailleurs, cette histoire se voulant universelle ne l’est finalement pas. Et la mise en scène classique de Qurbani n’aide en rien à relever le film vers autre chose qu’un simple pamphlet sur la religion et l’intégration de la population musulmane en Allemagne. Shahada veut comme Babel embellir un cinéma se voulant humaniste, mais rejoint finalement les œuvres que l’on peut qualifier de passables.

Titre original : Shahada

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 89 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.