Percy Jackson, le voleur de foudre

Article écrit par

« Percy Jackson, le voleur de foudre » est le premier sketch de cette nouvelle année. Scénario inexistant et clichés à gogo, bienvenue dans le merveilleux monde de la médiocrité cinématographique !

New York à notre époque : Zeus, roi des dieux s’est fait voler sa foudre. Furieux, ce dernier accuse Percy Jackson, fils de Poséidon, de lui avoir dérobée. S’il ne la récupère pas dans les prochains jours, il déversera son courroux sur les êtres humains et leur fera endurer mille tourments.

Afin de prouver son innocence et d’éviter une guerre dévastatrice entre les dieux, Percy, un adolescent de dix-sept ans qui n’a pas encore conscience qu’il est un demi-dieu, se lance dans une odyssée à travers les Etats-Unis à la recherche du véritable coupable. Dans son périple, rejoint par son ami Grover le satyre et Annabeth, la fille d’Athena, il va devoir affronter une cohorte de monstres et de créatures en tous genres, bien décidés à l’arrêter. Son périple le mènera à la terrible Méduse et son regard pétrificateur ainsi qu’à Hadès, Dieu des morts qui retient sa mère prisonnière.

Après avoir revisité le mythe du vampire à la sauce « adolescent prépubère écervelé » avec Twilight, Hollywood s’attaque cette fois-ci à la mythologie grecque avec Percy Jackson, le voleur de foudre. Ce nouveau blockbuster des studios de la 20th Century Fox aurait pu s’appeler « la mythologie grecque pour les crétins ». En effet, le film est un ramassis de clichés plus énormes les uns que les autres comme par exemple les Converses ailées que porte Hermès (Messager des dieux) et qui lui permettent de voler, l’ascenseur en haut de l’Empire states building permettant d’atteindre l’Olympe, Percy utilisant son Iphone pour regarder la méduse sans se faire pétrifier, ou Hadès (méchant du film) habillé comme une rock star des années 80 et pour finir, Percy et ses amis prenant le bus et la voiture sur fond de Highway to Hell d’AC/DC pour aller au Royaume des morts, et il y en a encore beaucoup d’autres…

Il y a même le "noir de service" en la personne de Brandon T. Jackson (pourtant excellent dans son rôle de rappeur gay dans Tonnerre sous les tropiques) interprétant un satyre qui passe son temps à faire des blagues et à sauter sur toutes les femmes qui bougent. Meurt-il en premier ? Ils ne sont pas allés jusque-là… quoique…

Malgré des effets spéciaux réussis, cette sorte de pseudo Harry Potter, où les fils des dieux grecs vont faire « mumuse » dans un camp caché réservé aux demi-dieux, digne d’une attraction d’Eurodisney, est dépourvu de scénario palpitant.  Question : le scénariste Craig Titley (co-scénariste du "magnifique" Scooby Doo et Treize à la douzaine) a-t-il été amputé d’un de ses cortex ? Voire des deux ?

Pourtant tiré du best-seller littéraire éponyme de Rick Riordan, réalisé par Chris Columbus (réalisateur entres autres des deux premiers Harry Potter) et doté d’un casting de stars, Uma Thurman, Pierce Brosnan, Rosario Dawson… le film n’arrive pas à faire voyager le spectateur au-delà des méandres de la médiocrité. Même l’acteur principal, le jeune Logan Lerman (vu notamment dans Le Nombre 23 et 3h10 pour Yuma) est consternant dans son jeu et totalement dépourvu de charisme.

En ces temps de crise et au vu du prix d’une place de cinéma, ce film n’est pas un investissement judicieux à court et à long terme. Il n’y a rien à récolter à part l’ennui et encore l’ennui.

Comme le disait Ernest Psichari, " dès que l’on fait un pas hors de la médiocrité, l’on est sauvé". Autant ne pas faire de pas du tout dans les salles qui diffusent Percy Jackson, le voleur de foudre.

Titre original : Percy Jackson And The Lightning Thief

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 122 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).