Oh Boy!

Article écrit par

24 heures de la vie d´un homme dans un Berlin démythifié.

Jan Ole Gerster a travaillé dans la pub ; fait un stage à la société de production X Filme au cours duquel il devint l’assistant personnel de Wolfgang Becker sur le tournage de Good Bye Lenin! (2003), l’un des plus grands succès du cinéma allemand ; assisté Tom Tykwer sur Heaven (2002). Oh Boy! est son premier long métrage, film de fin d’études à l’Académie allemande du film et de la télévision de Berlin. La capitale allemande y est au centre : Niko, quasi trentenaire, y poursuit des études de droit en dilettante. En moins de vingt-quatre heures, il se fait larguer par sa copine, couper les vivres par son père, déclarer « émotionnellement instable » par un psychologue… et a du mal à trouver une tasse de « café normal » à un prix raisonnable. Oh Boy! est une comédie déprimée où, si rien n’est très grave, rien ne va très bien non plus. Suite d’instantanés (plus ou moins drôles, plus ou moins inégaux) d’un certain quotidien berlinois, le film de Jan Ole Gerster vaut pour la justesse de sa peinture d’un personnage plus très en phase avec sa vie, et la chronique de Berlin comme ville-monstre, qui peut broyer ses habitants au même titre que Londres ou Paris.

Il y a, d’abord, quelque chose de très réjouissant à suivre les mésaventures de Niko : qu’il doive écouter les confessions de son voisin qui ne fait plus l’amour et lui apporte d’immondes boulettes de viande, qu’il recroise une connaissance de collège – ancienne grosse qu’il maltraitait à l’époque – ou que sa carte soit avalée par un distributeur automatique, la première demi-heure du film fonctionne à plein, sorte de compilation d’anecdotes qu’on dirait tout droit sorties du site Internet “Vie de merde”. C’est cette même accumulation qui lasse vers le milieu quand tout cela, filmé en noir et blanc et accompagné d’une musique jazzy pas toujours du meilleur effet, ne semble avoir d’autre visée que de constituer une succession de vignettes. Pourtant, quelque chose se dégage finalement de Oh boy!, une mélancolie irriguée par l’extrême capital sympathie qui émane de son anti-héros. On s’amusait de ses déboires, on comprend aussi ses doutes, les déambulations dans des rues qu’on ne peut plus voir en peinture, les virées forcées avec des amis qu’on n’a jamais su quitter mais avec lesquels on n’a plus grand-chose à voir (une scène chez la grand-mère d’un dealer adolescent est, à ce titre, assez belle).

 

Surtout, la ville est filmée bien loin de l’image qu’on en a depuis la chute du Mur : une mégalopole en constante expansion, temple du cool et des hipsters venus du monde entier écumer ses clubs. Berlin est bien tout ça, de même qu’elle est une ville éminemment culturelle, et si Gerster s’en moque dans des séquences assez convenues de théatre conceptuel, le cinéaste la filme comme Niko l’arpente, au hasard des rues et dans ce qu’elle a de plus neutre. La Fernsehturm (tour de télévision) pointe ici et là : ailleurs, on pourrait même ne pas reconnaître la ville, tant Gerster ne s’accomode d’aucun cliché de carte postale. C’est l’aspect le plus intéressant de Oh Boy!, qui met en scène une déprime très générationelle, très de son temps (celle d’une jeune force active au chômage) dans une ville qui semble dénuée de toute chaleur humaine. Pour le reste, pas de quoi s’extasier, mais la mise en scène est suffisamment inspirée pour y trouver une parenté avec Oslo 31 août (Joachim Trier, 2012)- l’ironie en plus, et en moins désespéré.

Titre original : Oh Boy

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.