Select Page

Midnight Movies: From the Margin to the Mainstream

Article écrit par

Il existe un phénomène peu connu dans notre chère Histoire du cinéma et qui pourtant aura eu un impact majeur dans son évolution : les films de minuit, plus connus sous le nom de Midnights Movies. Ne répondant pas aux critères de production et de distribution de l´époque, ces petits films allaient être relégués aux […]

Il existe un phénomène peu connu dans notre chère Histoire du cinéma et qui pourtant aura eu un impact majeur dans son évolution : les films de minuit, plus connus sous le nom de Midnights Movies. Ne répondant pas aux critères de production et de distribution de l´époque, ces petits films allaient être relégués aux cinémas de quartier pour des séances de minuit. Un mal pour un bien, ces films deviendront rapidement de véritables objets de culte pour un public de plus en plus attiré, contexte oblige, par la contre-culture et le refus des conventions.
Cette histoire d´amour entre des spectateurs noctambules et certaines oeuvres filmiques débutera dans les années 70 pour finir brutalement, à cause de l´arrivée des magnétoscopes et de la VHS, dans les années 80.

Le documentaire de Stuart Samuels, Midnight Movies : From the Margin to the Mainstream, sorti en France en 2005 dans l´anonymat le plus complet (une seule salle parisienne…), essaie durant 90 minutes de remettre au goût du jour ces films, pour la plupart oubliés du grand public, afin de montrer que sans ce cinéma, des réalisateurs tels que Tarantino ne seraient probablement pas là où ils sont en ce moment. Il ne faut pas seulement comprendre que ces films les ont influencés, car il n´y a pas que cela. Les Midnights Movies ont véritablement cassé des barrières et ouvert une brèche pour un nouveau cinéma, symbolisé aujourd´hui par le réalisateur du Boulevard de la mort.

Stuart Samuels s´évertue à montrer cette période à travers six films de cette époque : El Topo, d´Alejandro Jodorowsky, La Nuit des Morts Vivants de Georges Romero, Pink Flamingos de John Waters, The Harder They Come de Perry Henzel, le Rocky Horror Pictures Show de Jim Sharman et enfin, le premier film de David Lynch, Eraserhead.
Or le problème est le suivant avec ce documentaire : c´est que pour montrer cette période totalement débridée des années 70, on a affaire à un film, bien que très instructif, peu en phase avec la saveur de l´époque. Nous avons en face de nous un documentaire très classique (parfois trop ?) avec un schéma descriptif et analytique qui est totalement en décalage avec le contexte de l´époque.

Midnight Movies pose néanmoins des questions très intéressantes : au final, quels sont les véritables films cultes de notre siècle ? La Nuit des Morts Vivants ou Kill Bill ? Le seul problème est que Stuart Samuels ne va pas plus loin. Tout le monde est d´accord pour dire qu´El Topo fut un film culte au même titre qu´Eraserhead ou encore que le très scatologique Pink Flamingos, mais quelles en sont les raisons ? Nous restons trop malheureusement dans une dimension nostalgique même si le sourire se pose sur nos lèvres quand on voit les différents extraits des films sélectionnés

Movies : From the Margin to the Mainstream a le mérite de parler d´un sujet qui est mis de coté par une intelligentsia trop focalisée sur des films destinés à un large public ou trop élitistes. Le genre des Midnights Movies mérite une importance équivalente à l´expressionnisme allemand ou encore au réalisme poétique. Quelqu´un comme Charles Tessson avait le mérite de s´intéresser au genre B de son époque, Stuart Samuels, lui, à le mérite d´essayer de faire revivre une époque à travers son documentaire. Les Midnights Movies ne doivent pas être restreint à ces six films. Le documentaire, lui, ne méritera que l´on ne s´intéresse qu´à son fond et malheureusement pas à sa forme.

Titre original : Midnight Movies: From the Margin to the Mainstream

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.

Où est la liberté?

Où est la liberté?

Tamasa distribue en digipack blu-ray/dvd la seule comédie néo-réaliste italienne signée Rossellini sortie en France en 1961 et peu vue depuis : “Où est la liberté ?”. Une curiosité au burlesque tragi-comique…