Mademoiselle Julie

Article écrit par

Longue et inconsistante adaptation de la pièce de Strindberg soutenue par des performances d´acteurs désolantes.

Qu’est-ce qui a poussé Liv Ullmann à adapter la pièce de 1888 d’August Strindberg ? Le fantasme jamais assouvi d’incarner elle-même Mademoiselle Julie évoque l’actrice fétiche de Bergman, moins connue comme réalisatrice, tout autant que la conviction que la solitude des personnages et l’opposition des classes du drame suédois était plus que toujours d’actualité. Peut-être. Le fait est que c’est rarement au cinéma que la pièce se révèle le mieux tant elle est conçue pour l’espace et le temps scéniques. Et qu’à défaut de choix d’adaptation radicaux, ici singulièrement absents, le passage au grand écran se fait au détriment de la pièce. À l’histoire de Julie, Liv Ullmann est assez fidèle tout en la resserrant sur ses trois personnages principaux : Julie, la fille d’un comte, Jean devenu ici John – l’intrigue est déplacée de Suède en Irlande pour légitimer le tournage en anglais -, valet du comte et Kristin, cuisinière et fiancée de John. Les fêtes de la nuit de la Saint-Jean voient se dérouler un étrange jeu de séduction et de soumission réciproque entre la jeune comtesse et le valet sous l’œil témoin de la cuisinière. À la lutte des classes se mêle alors peu à peu une réelle lutte des genres.

Premier et énorme écueil du film : son incapacité à sortir du théâtre. Là où la version qu’en donnait Alf Sjöberg en 1951 procédait d’une véritable adaptation, profitant des moyens du cinéma pour relire l’Histoire, Liv Ullmann colle au plus près possible des conventions théâtrales strictement respectées par la pièce. Ce qui aurait pu donner un intéressant huis clos se change en une incapacité à habiter et transcender les décors qui ne peuvent dès lors apparaître que comme décors, comme artifices cadrant les entrées et sorties des personnages. Caméra vissée aux personnages, il n’y a alors aucun moyen de mettre en images le texte. Si Sjöberg usait (et abusait peut-être) du flashback et des projections imaginaires, ici tout ne peut qu’être dit, narré par les personnages depuis le plan. Parti pris qui pourrait être subtil si encore l’interprétation prenait le relais. Malheureusement Jessica Chastain, livrant une Julie entre inconséquence et inconscience, flirte à cœur joie avec l’hystérie, tandis que le John de Colin Farrell est plus mesuré, mais tout aussi ridicule. Seule Samantha Morton sauve la mise avec une Kristin étoffée par rapport à la pièce et véritablement remarquable.

 

D’une longueur effroyable, Mademoiselle Julie enchaîne les jolis plans vides. Plans-tableaux, surcadrages s’enchaînent en ne racontant pas grand-chose ou pire en soulignant les évidences. Liv Ullmann saborde alors ses rares bonnes idées en en rajoutant une couche, à l’image du dernier plan superflu du film qui suit pourtant un plan remarquable et offrait une fin honorable. Si sa vision du valet, plus sensible et moins monolithique qu’à l’accoutumée, a du bon, manifestement elle ne sait trop qu’en faire et donne l’impression que le film navigue à vue. Pire, la réalisatrice effectue des coupes nécessaires dans le texte de Strindberg, mais en de très mauvais endroits. Exit l’histoire de la mère (qui aurait prétendument vieilli selon la réalisatrice) ou l’évocation du premier fiancé de Julie. Des coupes importantes pour livrer au final un film effroyablement long. Au final, Mademoiselle Julie passe à côté de ce que la réalisatrice voulait en raconter, tout autant de ce qui était contenu dans la pièce, pour n’offrir qu’une adaptation interminable et inconsistante.

À lire : la chronique de Mademoiselle Julie d’Alf Sjöberg. 

Titre original : Mademoiselle Julie

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 133 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.