Select Page

Loup

Article écrit par

Invitant à vibrer auprès des loups et des Evènes, au fil des redoux et des hivers sibériens, Loup est un voyage magnifique, lové dans la pureté.

Loin d’une image d’Epinal, et à des années-lumière de la mode tout écolo vantant un « retour à la nature » superficiel et ostentatoire, le dernier film de Nicolas Vanier est une bouffée d’authenticité. Le réalisateur du Dernier Trappeur (2004) livre dans Loup un portrait plein d’admiration – mélange de fascination et de timidité fleurant l’enfance – d’un peuple, de son lien à la nature, de cette nature, et comme son prince, du loup. Ainsi, les Evènes, ces 2500 âmes vivant en autarcie dans les grands espaces de la Sibérie orientale, les déconnectés du monde moderne qui n’ont rien « au sens que nous accordons au verbe "avoir" mais qui ont tout car ils sont simplement heureux » (Nicolas Vanier), témoignent d’un mode de vie d’une beauté à couper le souffle. Que leurs contemporains se le disent.

L’histoire de Loup est aussi simple que cruelle. Sergueï, un Evène de 16 ans, est désigné par le chef du clan, son père Nicolaï, comme gardien de la Harde. Or, être en charge de ce troupeau de milliers de rennes est autant un honneur qu’une lourde responsabilité pour ce peuple, nomade et éleveur de rennes depuis la nuit des temps. Parti veiller au bon déroulement de leur transhumance dans les montagnes d’été, Sergueï va tomber sous le charme de louveteaux frêles comme la rosée. Incapable de tuer ces petits carnivores, ennemis naturels de la harde, le jeune Evène provoque malgré lui, et avec la complicité de son aimée Nastazia, un déséquilibre sans précédent dans l’ordre des choses…

 

Animé du plus grand respect pour les Evènes, dont il décida de faire les protagonistes d’une fiction après avoir vécu un an auprès d’eux, Nicolas Vanier leur rend hommage avec brio. Les images du film sont magnifiques, enchaînement de tableaux plus criants de splendeur les uns que les autres ; et, comme pour en souligner la pureté brute, ces plans sont le support d’un récit efficace, suspens sibérien vécu passionnément par des comédiens convaincants, les héros Sergueï (Nicolas Brioudes) et Nastazia (Pom Klementieff) n’ayant de cesse d’être justes en plus d’être charmants. Le bât blesse toutefois lorsqu’une voix off intervient en prélude et en épilogue du film, brouillant la frontière – ici nécessaire à l’intensité – entre fiction et documentaire.

Reste que rien n’empêche au final de se laisser séduire par Loup, et surtout ses loups, dont la crainte mêlée de tendresse qu’ils inspirent en font ce qu’ils sont : les héros sans âge de nos contes les plus réels. Sans compter les sourires béats qu’ils décrochent lorsque les louveteaux duveteux sortent de leur tanière, chancelants et couinants, petites boules de fourrure à la vulnérabilité crucifiante.

Ainsi, ode pour les contemplatifs ou autres marginaux en quête d’essentiel, Loup n’est autre que l’histoire qu’il livre, celle de l’Homme, habitant de la nature, et de leur fragile harmonie, pleine de grâce.

Titre original : Loup

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 102 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…