Select Page

L’Incomprise

Article écrit par

Troisième long d´Asia Argento, évocation énergique et bariolée d´une enfance opprimée.

On était sans nouvelle d’Asia Argento réalisatrice depuis Le Livre de Jérémie (2003), film tumultueux et outragé qui offrait déjà l’enfance en sacrifice aux pulsions destructrices des parents. L’Incomprise, dont le titre renvoie d’emblée à la pièce maîtresse de Luigi Comencini (L’Incompris, 1967), est lui aussi l’illustration échevelée d’une jeunesse laissée en souffrance, dans une énergie assez punk où s’engouffrent aussi bien l’Italie des années 80 qu’un humour désespéré et un large amour des personnages. Aria a neuf ans, vit coincée entre deux parents-stars à l’ego surdimensionné : mère pianiste (Charlotte Gainsbourg) et père acteur (Gabriel Garko), monuments d’égoïsme qui ne savent pas très bien pourquoi ils ont eu leurs enfants, à part peut-être l’aînée. Alors qu’ils se séparent violemment, Aria se retrouve ballotée entre l’un et l’autre selon l’humeur du jour. Mal-aimée et incomprise, elle traîne dans les rues de Rome avec un sac à dos et un chat noir en cage, jeune fille volontaire douloureusement heurtée à la débâcle parentale mais forte tête qui ne sous-estime pas sa capacité à se relever.

Asia Argento, cinéaste volontiers rebelle et revêche, s’engage d’emblée aux côtés de sa jeune héroïne, de tous les plans et qu’elle filme à sa hauteur : les parents sont souvent regardés en contre-plongée, pantins pathétiques desquels elle attend de l’amour et dont elle ne comprend pas les actes. De situations pourtant douloureuses (incessantes batailles parentales, rejets perpétuels), la réalisatrice organise plutôt un ballet dégingandé où le désespoir sert de moteur à l’énergie la plus vitale. L’Incomprise file à toute vitesse, agencement très désordonné de séquences plus ou moins réussies installées dans un décorum eighties ultra-kitsch qui marque autant un désir de représenter le sentiment de solitude d’Aria (pas de smartphones, pas de messengers qui seraient une fenêtre vers l’extérieur) que l’occasion ludique d’installer un théâtre de marionnettes bariolé où le fluo et le suranné des lieux et vêtements servent à affirmer une identité visuelle forte.

 

De ce bout-à-bout de vignettes qui tient parfois plus du collage ou du scrapbook que d’un film à proprement parler, Asia Argento tire un long métrage turbulent, punk dans sa mise en scène mais plus assagi que par le passé (le journal filmé qu’était Scarlet Diva, 2000). La tristesse y est l’une des étapes obligées d’une enfance opprimée, au même titre que les premières cigarettes fumées dans le secret des toilettes de l’école, ou qu’une fête improvisée – façon Virgin Suicides surexicté – dans l’appartement luxueux et déserté d’un père démissionnaire. La belle force de caractère de son personnage principal (la jeune Giulia Salerno est, par ailleurs, prodigieuse) sauve le film de la dépression, autant que son montage approximatif et chahuté empêche de s’y attacher tout à fait. Bulle pop et rageuse, gentiment accusatrice, L’Incomprise n’épargne vraiment qu’Aria sans s’autoriser à condamner les parents, sujets grotesques mais finalement réjouissants. Comme le film, aussi agréable que vite évanescent.

 

Titre original : Incompresa

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 106 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.