Select Page

Hommage à Albert et David Maysles

Article écrit par

Du 5 avril au 30 juin, la Bpi à Beaubourg rend au hommage à des maîtres du cinéma direct : Albert et David Maysles, auteurs, en autre, de films mémorables sur les Rolling Stones.

Du 5 avril au 30 juin aura lieu à la Bpi du Centre Pompidou une rétrospective consacrée au cinéma d’Albert et David Maysles. Précurseurs reconnus de la technique du cinéma direct, les frères Maysles sont avec Frederick Wiseman, Gianfranco Rosi, Raymond Depardon ou Chris Marker des maîtres incontestés de ce cinéma dit direct qui cherche à capter la vie de façon la plus authentique possible. Une trentaine de films – courts, moyens et longs métrages – seront projetés dans cette rétrospective qui s’annonce comme un véritable événement pour ceux qui se passionnent pour le cinéma direct mais aussi pour tous ceux qui trouveront là l’occasion de découvrir une oeuvre documentaire primordiale sur l’Amérique de la deuxième moitié du XXe siècle.

 

 

Salesman (Albert et David Maysles, 1969)

 

On doit notamment aux frères Maysles des portraits d’artistes américains remarquables de respect et d’empathie manifeste comme celui du grand pianiste Vladimir Horowitz dans Vladimir Horowitz : The Last Romantic (1985). Comme aussi un portrait d’Orson Welles – Orson Welles in Spain (1963) – où l’on voit le réalisateur de Citizen Kane en Espagne deviser sur un projet de film sur la corrida. Dans Meet Marlon Brando (1966), l’on découvre un Brando détendu et plein d’humour lors d’une séance d’interview qu’il accorde tour à tour à de jeunes femmes journalistes manifestement sous son charme. Les Mayles ont aussi consacré deux films à l’artiste d’origine bulgare Christo, dont l’impressionnant Running Fence (1978) où l’on assiste à la préparation et à l’édification d’une clôture en toile blanche longue de 42 km, en Californie, qui doit mener à travers champs à l’océan Pacifique… Mais parmi les films les plus importants d’Albert et David Mayles il y a Gimme Shelter (1970) qui chronique le concert (et son drame) des Rolling Stones à Altamont en décembre 1969. Il y a surtout Salesman (1969) sur des vendeurs de Bibles en porte-à-porte. Avec ce film très important les deux réalisateurs quittent le glamour et la chronique mondaine pour s’immerger dans la vie américaine des suburbs pauvres. Cette peinture sociale se double de celle de la cupidité de ces vendeurs sans scrupule qui sont prêts à arracher un bon de commande à tout prix à des prospects misérables…

 

À noter que ce cycle exceptionnel débutera par une séance inaugurale ce vendredi 5 avril à 20h où seront projetés Russian Close-Up (1957) et In Transit (2015), deux métrages importants des frères Maysles.

Le programme : https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-48ef49ebba462c2811e0adf06727&param.idSource=FR_E-48ef49ebba462c2811e0adf06727

Titre original : ALBERT ET DAVID MAYSLES "IT'S ALL IN THE FILM"

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.