Select Page

Deauville 2014 : Jour 3, ça brille par ici

Article écrit par

Une belle journée ensoleillée mais c´est enfermés dans une maison texane ou bien dans une cuisine de grand chef que nous nous envolons contre vents et marées.

Au programme dimanche, deux films en Compétition ont rythmé notre journée de festivaliers – Cold in July et Things people do, et une avant-première qui n’a rien à leur envier, #Chef. Malgré une année légèrement en dents-de-scie avec moins de célébrités, moins de stars américaines, le Festival honore un peu plus pour cette édition son poste de révélateur de jeunes talents américains. La preuve par deux, Cold in July (Juillet de sang pour la VF) présenté au public en séance de 11h est signé Jim Mickle, le réalisateur de We are what we are, véritable sensation lors de ce même festival l’année dernière… Cette fois-ci, Jim renoue avec les planches pour mettre sur scène trois cowboys, enfin un dur à cuire, un père de famille qui défend son foyer (Michael C. Hall) et un détective privé (Don Johnson) fan des Hawaïennes et des porcs – allons donc comprendre la relation !

 

 
Les trois lascars croisent leur destin par le sang, la fuite ou la vengeance. Tout commence par un cambriolage qui dérape, un bon citoyen qui un soir de peur tire, sans faire gaffe. La police le guide et le protège, jusqu’à quelle limite ? Et c’est ce même citoyen, à la coupe de cheveux imparable, qui va nous mener aux deux autres personnages plus caïds que jamais, anciens vétérans de la guerre du Vietnam… Leur épopée sanglante avec pour chacun d’entre eux une quête absurde ou morale nous plonge dans une spirale aux enfers. Et dans cette spirale, du lien se crée. Belle surprise que ce film, à la fois sombre et drôle. Le trio masculin fonctionne à la perfection, le scénario est original et bien écrit, la réalisation drainante et captivante. Petit bémol tout de même, des plans très longs en voiture nous laissent parfois sur le bas côté. 

Il fait froid en juillet mais un peu moins à bord d’un « food truck » du chef. "El Jefe" plus précisément, présenté en avant-première de ce 40ème Festival de Deauville, Chef ou #Chef comme il est annoncé suit les aventures d’un cuisinier renommé de Los Angeles, sous les ordres du patron d’un restaurant qui a la cote. Mais aussi le quotidien d’un père de famille qui en plus d’être passionné par la cuisine, doit se passionner pour son fils et lui apprendre ce qu’est la vie, le travail. Mais enfin d’un homme où tout s’arrête dans sa réalité à cause d’un petit oiseau viral nommé… Twitter. Bref, Jon Favreau le réalisateur (Iron Man, Iron Man 2), Jon Favreau l’acteur, forme à lui seul un véritable combo de choc au cinéma. C’est un véritable feel-good movie, sympathique et joyeux, original, au casting plus surprenant – Robert Downey Jr., Scarlett Johansson, Dustin Hoffman, Olivier Platt, Sofia Vergara (de la série Modern Family).

 
 

La magie de Deauville a opéré ce week-end, trois films présentés ce dimanche avec une belle diversité, des aventures cinématographiques comme on aime les vivre… To be continued !

 

 


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.