Clermont-Ferrand : Jour 1

Article écrit par

Par cette chronique débute notre couverture de la 34e édition du Festival du Court-métrage de Clermont-Ferrand (27 janvier-4 février). Quelques mots sur ce premier jour.

Un homme âgé, Nol King Ruter, danse étrangement sur une voiture, un T-shirt d’enfant collé sur le torse. Il apprend à sa fille à danser, via Skype. Elle se rend chez lui, c’est son anniversaire. Le reste des convives occupe peu à peu un espace de danse conçu par Ruter, dans son jardin. La fête commence, un groupe de musique joue, les personnages dansent, en duo, trio, Ruter les invite, un à un, hommes, femmes, fille, amant resurgissant du passé.

Nol King Ruter (2012) de Noud Heerkens est un objet étrange. Sans mots, dégageant des bouches quelques onomatopées, parfois, un groupe de musique accompagne les pas des danseurs. Nol King Ruter pose la question de l’interprétation des gestes, de notre incapacité à toujours se justifier par les mots. Les sous-intrigues conservent leur mystère : qui sont ces hommes, ces femmes ? Qui est cet ancien amant, que Ruter semble aimer et haïr ? Pas de réponses, ce sont des danseurs, le reste appartient à la vacuité d’un monde inutilement complexifié.

Nol King Ruter se fiche des mots, le film danse, travaille une conception haptique du cinéma. Par les corps en mouvement, la narration avance, pleine de secrets qui refusent d’être résolus. Le récit est clairement moqué, Noud Heerkens défend, avec ce film, une approche marginale du cinéma. Tais-toi et danse, dit Heerkens au 7e art.

Clermont-Ferrand : Séance d’ouverture


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.