Une affaire d’Etat

Article écrit par

Suite à l´explosion en plein vol d´un avion chargé d´armes à feu et à l´assassinat d´une escort girl dans un parking, une jeune officier de police enquêtant sur le meurtre, Nora Chahyd, se retrouve au coeur d´un affaire de corruption politique.

Le nom d’Eric Valette n’évoque a priori pas grand chose. Ayant débuté sa carrière comme réalisateur pour les Guignols de l’info  ainsi qu’auteur de divers courts-métrages, le cinéaste se fit remarquer en 2003 en signant son premier long, Maléfique. Efficace huis clos horrifique avec Clovis Cornillac et Gérald Laroche, le film fut primé au Festival de Gérardmer (présidé cette année-là par un certain William Friedkin !) et scella la réputation de Valette de « jeune talent à suivre ». Suite à deux longs-métrages réalisés aux États-Unis (One Missed Call et Hybrid) restés inédits en France, il revient avec un thriller politique, Une affaire d’Etat,  marquant son retour dans le cinéma hexagonal. Le résultat n’est cependant pas tout à fait à la hauteur de nos attentes, s’avèrant aussi curieux qu’inégal.

Adapté du roman Nos fantastiques années fric de Dominique Manotti et scénarisé par Alexandre Charlot et Franck Magnier (déjà scénaristes sur Maléfique), Une affaire d’Etat affiche l’image d’un thriller nerveux et corrosif dans la veine des Trois jours du Condor de Sydney Pollack ou A cause d’un assassinat de Alan J. Pakula. Mais le film n’a au final que peu à voir avec ces derniers. Relevant davantage de la satire politique et de l’étude de personnages au ton résolument décalé, cette Affaire d’Etat oscille entre le désir de répondre à certaines attentes du public et celui de s’affranchir de l’étiquette de film de genre. Faisant foisonner une multitude de personnages et d’intrigues, le scénario souffre quelque peu d’une surabondance d’éléments, ainsi que d’une certaine mollesse. Manquant parfois de rythme et d’action, le film a tendance à enchaîner les longues scènes de dialogues entre des hommes politiques vêtus de longs manteaux noirs, marchant en complotant à travers de vastes décors parisiens. On regrette cette hésitation de ton et de genre, nous empêchant de comprendre clairement la direction dans laquelle s’engage Eric Valette. Et malgré l’originalité et les bonnes intentions de la partition musicale signée Noko, celle-ci renvoie de manière trop appuyée au western-spaghetti. Omniprésente, elle plombe l’ambiance de nombreuses séquences (notamment celle de la bibliothèque François Mitterrand pour n’en citer qu’une).

On louera en revanche plusieurs qualités manifestes, en particulier l’esthétique du film et la mise en scène de Valette : fluide, maîtrisée et renforcée par une image superbe (tournée en Red one !) signée Vincent Mathias (on attend avec impatience de connaître les futurs projets filmiques que nous réserve le metteur en scène). On citera aussi plusieurs séquences extrêmement réussies et efficaces, telles que la course poursuite finale à Montmartre, la séquence de la gare d’Austerlitz (probablement la plus réussie du film) mais également d’autres scènes, assez incongrues, se focalisant plus exclusivement sur l’émotion des divers personnages, notamment celles faisant figurer les trop rares Thierry Frémont et Gérald Laroche, côtoyant ici André Dussolier, Denis Podalydès et Rachida Brakni (véritable surprise du casting).

À la fois décevant et surprenant, Une affaire d’Etat tangue entre polar d’action palpitant, film d’espionnage lent et bavard et satire décalée. Semi-échec, semi réussite, le film se montre néanmoins intéressant. On souhaite vivement à Eric Valette de demeurer quelques temps encore parmi nous, avant que les sirènes d’Hollywood ne reprennent leur chant.

Titre original : Une affaire d'Etat

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.