Select Page

Le Dernier pub avant la fin du monde

Article écrit par

En territoire – trop ? – familier, Edgar Wright livre un divertissement de haute volée mais en deçà de ses trois précédents films.

Depuis le départ de grands cinéastes tels que David Lean, Michael Powell ou Alfred Hitchcock, le cinéma britannique a pendant longtemps peiné à entretenir la si solide réputation qu’il avait réussi à bâtir jusque-là. Hormis quelques réalisateurs ayant réussi à tirer leur épingle du jeu (Ridley et Tony Scott, Kenneth Branagh, Alan Parker), on a longtemps eu tendance à réduire le cinéma anglais à des comédies romantiques mielleuses ou des films de gangsters en cockney nécessitant des sous-titres, même pour les plus bilingues d’entre nous. Enter Edgar Wright. Jeune cinéaste surdoué maîtrisant aussi bien l’écriture scénaristique et l’humour que le découpage et le montage, Wright s’est fait remarquer par une série télévisée détonante intitulée Spaced (1999) avec Simon Pegg et Nick Frost dans les rôles principaux, avant d’exploser à l’international avec Shaun of the Dead (2005), première collaboration du trio sur un long métrage. A suivi Hot Fuzz (2007), buddy movie hystérique et jouissif rendant hommage entre autres à Michael Bay et Kathryn Bigelow ; Scott Pilgrim (2010) ainsi qu’une participation à l’écriture du scénario des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (2011) de Steven Spielberg. S’étant désormais fait un nom à Hollywood en entrant par la grande porte, le cinéaste revient sur sa terre natale avec Le Dernier pub avant la fin du monde, venant ainsi clore la trilogie entamée avec Shaun of the Dead.

Ici, Gary King (Simon Pegg), adolescent attardé de 40 ans, parvient à convaincre ses quatre meilleurs amis d’adolescence de retourner dans la ville où ils ont grandi afin d’effectuer un « barathon » dans douze pubs au cours d’une nuit. Cependant, les choses ne se passent pas comme prévu et les habitants de la ville semblent étrangement avoir changé.

Troisième volet de la trilogie "cornetto three flavours" – appelée ainsi en partie à cause du fait que la fameuse glace soit le seul produit britannique à s’exporter avec succès à l’étranger -, Le Dernier pub avant la fin du monde est à nouveau scénarisé par le cinéaste et son acteur fétiche Simon Pegg – et ce pour notre plus grand plaisir suite à la semi-déception qu’était Paul (Greg Mottola, 2011), en partie en raison de l’absence du réalisateur sur le projet. Le scénario, qui traite une fois de plus du passage – tardif ! – à l’âge adulte, de la prise de responsabilités et de la lutte perpétuelle de l’individu face au collectif vient en quelque sorte boucler la boucle avec Shaun of the Dead, dont l’histoire n’était finalement pas si éloignée. Seule différence ici : un dénouement particulièrement sombre – voire quasi nihiliste – mais touchant, assez surprenant au regard de tout ce qui a précédé dans le film.
 
 

 

Doté comme d’habitude d’un humour ravageur et particulièrement british, le film est en grande partie porté par la troupe d’acteurs formant le groupe d’amis, à commencer bien évidemment par Simon Pegg et Nick Frost mais aussi Eddie Marsan, Paddy Considine et Martin Freeman – ainsi que d’autres surprises. Mais tout cela serait bien évidemment fortuit sans la présence d’Edgar Wright derrière la caméra, qui nous gratifie de scènes d’action hautement jouissives et maîtrisées. On retiendra des scènes de combat hystériques à l’intérieur d’un pub, dans les toilettes du même établissement ou tout simplement dans les rues de la ville. En digne héritier de Sam Raimi, le metteur en scène injecte son film de nombreuses trouvailles visuelles et effets tape-à-l’œil, par le biais d’un style très découpé, agrémenté par des mouvements de caméra épaule maîtrisés ainsi que par des zooms secs et rapides afin de ponctuer les diverses actions. Néanmoins, malgré tant de plaisir, impossible de ne pas regretter les autres films du réalisateur, plus généreux et inventifs encore. Peut-être est-il encore temps pour Edgar Wright de changer de ton et de registre afin de repartir de plus belle ? Tout cela est fort possible, le réalisateur ayant affirmé plancher actuellement sur plusieurs projets complètement différents dont un film de super héros pour Marvel, Ant Man, mais aussi un film d’horreur pur et dur ainsi qu’un film de science-fiction, Collision, produit par J.J. Abrams.

S’il est le film le moins réjouissant de la trilogie – et sans doute le moins réussi de tous les films du réalisateur -, Le Dernier pub avant la fin du monde reste néanmoins un divertissement de haute volée où l’action et l’humour demeurent extrêmement maîtrisés et dont le niveau dépasse de loin celui du cinéma anglais offert dernièrement.

Titre original : The World's End

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 109 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

11 fois Fatima

11 fois Fatima

Un film trop doux dans sa mise en scène qui n’ose pas raconter ce qu’il nous raconte : la longueur de la route nous endort au lieu de nous faire vivre une expérience aux limites du corps et du collectif.